Coach sportif

C’est quoi un vrai / faux coach ? Comment être coach ?


Quels sont les droits / les devoirs ? Comment on devient un vrai coach ? Beaucoup de questions que se posent les aspirants coaches et aussi souvent les potentiels clients complètement perdus devant l’étalage de photos à succès des coaches sur le marché.

En matière de sport, en France, le métier d'entraîneur est très encadré. Mais c'est comme pour tout, il y a la loi et la réalité du terrain, surtout quand on parle de coach en musculation (toutes spécialités confondues). Et ceci a explosé avec Internet et les plans d'entraînement à distance, les copiés-collés de programmes piqués sur le net, etc.

On va essayer de synthétiser tout cela afin que l'aspirant coach puisse s'orienter plus facilement et que les clients potentiels puissent choisir en toute connaissance de cause et en posant les bonnes questions.

Et on parlera bien sûr des fameux « coachs sur internet »  qui n'ont parfois de coach que le nom !

Un coach, c'est quoi ?


Initialement, un coach, c'est un terme anglais provenant du milieu sportif. Terme qui regroupe tout ce qui rentre dans l'encadrement du sport (l'entraîneur, le préparateur physique, mental, etc.). Progressivement, on a mis coach à toutes les sauces même en dehors du sport (les coachs pour apprendre à se brosser les dents, les coachs pour apprendre à sourire, les coachs pour améliorer ses rapports avec ses gosses, …). Mais restons sur nos fondamentaux, le coach sportif.

Avant tout, le coach c'est celui qui va vous motiver, vous orienter, vous guider dans votre progression. Que cela soit d'une manière générale (des conseils en passant) ou très précise (vous guider au sein d'une séance pour améliorer votre technique) en passant par toutes les nuances de Grey... heu gris !

On ne demandera pas la même qualité en fonction de l'implication du coach, et surtout de sa rémunération... Ainsi, passons aux obligations, donnant des possibilités.

Les formations pour devenir coach sportif


Elles sont nombreuses, trop. Mais on est en France, non ?

Formation de coach


D'une manière générale, le texte réglementant la pratique professionnelle du coaching sportif en France dit ceci :

Code du sport, article L212-1 : ''seuls peuvent, contre rémunération, enseigner, animer ou encadrer une activité physique ou sportive, entraîner ses pratiquants, à titre d’occupation principale ou secondaire, de façon habituelle, saisonnière ou occasionnelle, (…) les titulaires d’un diplôme, titre à finalité professionnelle ou certificat de qualification :
1° garantissant la compétence de son titulaire en matière de sécurité des pratiquants et des tiers dans l’activité considérée ;
2° et enregistré au répertoire national des certifications professionnelles (…).''


Le coach bénévole


Votre pote ou un éducateur du club qui fait cela pour le plaisir. Lui, officiellement, il n'a pas besoin de diplôme. Il vous conseille, ne prend aucune responsabilité... jusqu'au jour où il y a un problème (une barre sur les pieds par exemple, avec intervention de l'assurance). Là, l'ensemble des assurances des intervenants vont entrer en jeu. Si l'un d'eux n'est pas assurer (le pote)... gros soucis potentiels si les séquelles sont graves.

Donc il faut une assurance. Pour avoir une assurance, il faut un diplôme... CQFD !

Le coach bénévole officiel


C'est souvent le cas dans les clubs d'haltérophilie et dans une très grande majorité des associations sportives.

Ici, les bénévoles sont référencés par l'association (et donc assurés) et ils ont normalement un diplôme fédéral à minima. Ce diplôme les autorise à intervenir, conseiller, guider (et entraîner) bénévolement (ou alors contre de simples indemnités dans certains cas).

Ils ne peuvent pas avoir de carte professionnelle.

Le coach non bénévole


C'est le coach que votre club rémunère ou que vous rémunérez directement. Lui, il a obligation d'avoir une carte professionnelle sur laquelle est inscrit ce qu'il a le droit d'enseigner. Cette carte est obligatoirement affichée (avec les diplômes) à l'entrée du club. Si vous le rémunérez directement, il a le devoir de vous la présenter si vous la demandez.

Carte professionnelle de coach sportif

La carte, en fonction des diplômes reconnus, va présenter ses compétences. Compétences aussi bien généralistes (le diplôme permettant d'officier comme un BP JEPS AGFF mention D pour surveiller un plateau de musculation) que ses spécialités (le diplôme fédéral haltérophilie par exemple). Car oui, si le diplôme fédéral seul ne permet pas d'être rémunéré, la possession d'un diplôme à côté le permettant offre une possibilité de devenir pro dans cette spécialité fédérale.

Exemple : Si j'ai un diplôme d'haltérophilie BE1, je peux encadrer (sans rémunération) un entraînement haltéro. Si j'ai, à côté de ce BE1, un BP JEPS AGFF Mention D, je peux être rémunéré pour cela.

Simple, non ? ^_^

Quels sont les diplômes nécessaire pour être coach rémunéré ?


On entend par là les diplômes permettant d'encadrer du coaching musculation (incluant toutes les spécialités). Première chose à savoir : il y a très très peu d'équivalences avec les formations hors de France. Donc si quelqu'un vous présente un diplôme international... cela n'est pas suffisant pour se prétendre coach en France.

Diplômes de coach

Les diplômes pour être coach sont les suivants :

STAPS


Les STAPS ont maintenant de nombreuses spécialités allant du management à l'entraînement compétitif. Et cela varie entre les universités (un vrai bordel à la française). La carte pro est là pour vous sauver.

Le BP AGFF mention C


C'est le diplôme des cours collectifs. Ils n'ont pas de formation poids et haltères et n'ont aucun droit à coacher des entraînements incluant de la charge externe (hors cours collectifs).

La formation mention C n'amène normalement pas l'étudiant à rentrer dans une salle de musculation avec poids libres (sauf découverte ponctuelle).

C'est ce qui remplace l'ancien BEMF pour la partie cours collectifs.

Le BP AGFF Mention D : le diplôme pour être coach !


C'est le diplôme du coach, actuellement, en musculation. Il est là pour initier et encadrer les séances des pratiquants. Il n'est pas sensé proposer des entraînements pour la compétition, sauf formation en plus (comme les formations fédérales).

C'est ce qui remplace l'ancien HACUMESE, ou la partie muscu du BEMF.

Le BP AGFF APT


APT signifie Activités Pour Tous. Beaucoup utilisent cette formation pour devenir coach sportif. Ils le peuvent, sauf si vous utilisez des poids et haltères... (dans les textes... dans la pratique, si ce n'est pas une activité précise de musculation, mais une initiation au sein d'une séance englobant d'autres choses, ça passe pour Jeunesse et sport).

Le contenu de la formation n'est pourtant pas là pour proposer des connaissances en sport, mais en éducation physique au sens large (encadrement de classes de primaire, encadrement des animations, sports des campings, encadrement des sorties randonnées, etc.).

Les CQP


Il existe aussi des formations hybrides fédérales/ministérielles que l'on appelle les CQP (Certificats de Qualification Professionnelles). Le CQP permet de travailler grosso modo 10 heures par semaine et les possibilités sont variables en fonction des CQP (très spécifique à la fédération en question). Mais d'une manière générale, le CQP n'a pas la possibilité de coacher ni de proposer un entraînement. Il est éducateur loisir pour proposer une activité physique dans le sens large, pas la gestion d'une saison sportive.

Très schématiquement, le CQP n’apportera pas de grandes connaissances (4 semaines de présence en tout dans certains cas), juste un passeport pour avoir la carte pro en un minimum de temps et d'investissement financier. Charge au coach de passer d'autres diplômes.

Coach

Les formations ou certifications complémentaires


Elles sont nécessaires pour certaines activités ou pour élargir sa base clientèle.

Prenons l'exemple d'un coach ayant un BP musculation (la mention D) qui souhaite élargir sa clientèle en allant proposer du travail athlétique (athlétisme). Il lui faudra une formation supplémentaire. Il passera un diplôme fédéral, ou passera un module complémentaire spécialité athlétisme.

C'est le même principe pour les spécialités haltérophilie (si le coach n'y a jamais touché de manière sérieuse), les spécialités bodybuilding, public fragile, etc.

En termes de certifications, elles sont plutôt de type commercial (pour avoir le droit d'utiliser un matériel en utilisant le nom de celui-ci dans sa publicité). Ces formations apportent souvent de l'expérience dans un domaine que le coach connaît uniquement de manière ''pratiquant'', donc pas suffisant pour proposer une prestation payante.

Par exemple, un coach faisant régulièrement du Pilate et qui souhaite proposer des cours de Pilate va faire une formation spécifique. Cette dernière ne lui apprendra pas les bases de son métier, mais simplement les spécificités du Pilate dans le cadre de son métier. C'est à dire qu'un coach ayant une certif Pilate avec un BP pourra être coach et être payé. Un ''coach'' n'ayant qu'une certif Pilate n'a le droit de coacher que gratuitement et n'a aucun droit à demander une rétribution (et le club ne peut faire payer des séances où le coach n'a pas le droit d'être rémunéré).

Ceci est valable pour toutes les certifications (CrossFit, Les Mills, Pilates, FMS, TRX, etc.).

La diète


En formation BP, la diététique est effleurée (quelques heures) et n'a aucune commune mesure avec une formation de diététicien. C'est donc très superficiel.

Coach Nutrition


En formation STAPS, cela dépendra de la spécialité STAPS en question. Il n'y a pas de vérité valable pour toutes les spécialités et toutes les universités. Les voies du seigneur sont impénétrables^^.

Le coach, sauf formation complémentaire, n'est pas capable de proposer autre chose que des conseils généralistes, du recadrage. Il n'est donc clairement pas formé pour proposer une nutrition personnalisée.

Les Coachs Internet : vrais ou faux coachs ?


C'est là où on souhaitait en venir depuis le départ, bien évidemment. Comme l'indique le texte de loi que nous avons rappelé en début d'article, ''seuls peuvent, contre rémunération, enseigner, animer ou encadrer une activité physique ou sportive''.

En gros, si le coach n'est pas présent, la loi ne s'applique pas, car le coach n'est pas un coach. Un coach est là pour être présent durant la séance (ou une grande partie de la séance).

Ceci nous a été confirmé par la Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations des Landes : ''Dans la mesure où le ''coach'' n’a aucune activité d’enseignement direct en face à face pédagogique, il n’aurait pas à posséder de qualification permettant l’encadrement des activités de remise en forme.''. En fait, il n'a aucune possibilité de s'appeler entraîneur, préparateur physique ou tout autre dénomination spécifique à l'entraînement sportif puisqu'il ne s'agit pas d'un enseignement sportif.

Cette même administration nous a précisé un point important sur l'aspect d'enseignement sportif : ''Toutefois, il convient d’être très prudent sur la nature des activités proposées [...] si le coach interagit avec son ou ses élèves, même par interface de vidéoconférence. Dans ce cas il y aurait enseignement et donc, nécessité de qualification, de déclaration de l’éducateur et l’activité en elle-même deviendrait alors un établissement d’activités physiques et sportives soumis lui aussi à déclaration''.

Jouant sur ces points obscurs de la réglementation, beaucoup de ''coachs'' Internet n'en sont en fait pas, puisqu'ils n'en ont pas les diplômes. Ils vous vendent un produit littéraire (le programme d'entraînement, les articles explicatifs à une méthode), et non un enseignement sportif. Sauf s'ils interagissent avec vous et là, ils ont obligation d'avoir les diplômes reconnus par la France.

Et comme vous le savez, l'interaction est indispensable si on veut de l'efficacité et de la personnalisation.

Et dans la pratique ?


Concrètement, le plus simple, lorsque l'on recherche un entraîneur, est de demander une photocopie de sa carte professionnelle. Cela résout énormément de quiproquos.

Vous avez un doute ? Ce lien vous permet de vérifier si le « coach » est bien « coach » comme il le prétend : Mon coach est un pro ?

Coach en vrai

Mais pour être un peu plus complet :

  • Vous achetez un programme d'entraînement sur Internet, votre fournisseur n'a pas d'obligation légale (uniquement morale) d'être un coach. Et nombreux sont les faux coachs vendant des programmes sans compétences nécessaires. Demandez la carte professionnelle !

  • Vous entrez dans une salle de sport, vous payez, votre coach a obligation d'avoir une carte professionnelle et de l'afficher à l'entrée de l'établissement.

  • Vous participez à un cours en extérieur avec un coach et vous payez (séminaire, colloque, mini-stage, séance sportive collective), le ou les coaches doivent avoir la carte professionnelle et vous devez la demander à l'inscription à l’événement.

  • Vous participez à un événement sportif gratuit (une séance de sport gratuite de type inauguration, séance découverte...), il s'agit d'une séance normalement payante où vous avez une offre promotionnelle. La carte professionnelle de l'encadrement doit être présentée.

  • Vous participez à un événement normalement gratuit (les séances de zumba de groupe pour promouvoir une marque de suppléments alimentaires par exemple), il s'agit d'une démarche commerciale, l'encadrement doit être titulaire d'une carte professionnelle.

  • Vous participez à une activité sportive associative (ou non associative) où le coach n'est pas rémunéré, la carte professionnelle n'est pas obligatoire, mais vous devez vous garantir que l'activité est assurée.

Le cas des bénévoles avec un coach diplômé


Il peut arriver, dans un club sportif, qu'un des animateurs ne touchent pas directement d'argent en participant à l'animation d'une séance de sport. Il s'agit des stagiaires, parfois des gérants ou d'adhérents enthousiastes aimant cette activité.

La réglementation est claire : le stagiaire est en formation et possède obligatoirement un document temporaire l'autorisant à aider le coach titulaire (mais il ne doit JAMAIS se retrouver seul et JAMAIS être responsable de la construction des séances ou des évolutions des séances).

Le cas des adhérents enthousiastes et les gérants ne touchant pas directement d'argent de l'activité de coaching est un peu plus nuancée. Rien n'empêche un coach d'utiliser un des pratiquants pour gérer un groupe (cela fait même partie des outils d'enseignements que de déléguer à un adhérent compétent techniquement). Ceci est également valable pour le gérant. Ces personnes ne sont pas coachs, elles ne peuvent pas construire une séance, diriger une séance. Elles n'ont le droit que d'appliquer un point précis d'une séance, sous la direction du coach diplômé (par exemple prendre en charge une partie de l'échauffement, diriger un travail technique précis où l'adhérent est compétent de par son expérience...).

Coaching extérieur

En aucun cas ces personnes ne peuvent se prévaloir du titre de coach, d'entraîneur, de préparateur physique ou toute autre dénomination faisant apparaître une qualification qu'ils n'ont pas.

Vidéo Vérité sur les faux coachs


Dans cette vidéo, on reprend les quelques éléments décrits dans cet article mais surtout, on approfondie et on explique de vive voix cette notion de coach. Ainsi, on défini ce qu'est un coach et quelles formations il faut avoir pour être un vrai coach. Enfin, on donne quelques astuces et conseils pour reconnaître un vrai coach sur Internet.

Vidéo Vérité #22 : Comment reconnaître un vrai coach ?