Etiquettes compléments alimentaires

Comment lire les étiquettes sur vos aliments et compléments ?


Bien que la publicité et le marketing aient une très grande influence sur les habitudes d’achats, si vous souhaitez vraiment comparer et vous faire une idée sur un produit spécifique, rien ne vaut l’analyse judicieuse de l’étiquette et de son emballage.

Cette initiative suffit bien souvent à démystifier toute intervention du « marketing » et se faire une idée concrète sur la qualité du produit que vous tenez dans vos mains. Toutes les informations mentionnées sur les étiquettes sont contrôlées et soumises à des règles strictes. L’étiquetage des produits est en effet particulièrement surveillé.

La dénomination de vente


La dénomination de vente est la description du produit, elle doit être la plus précise possible. Elle indique la nature de l’aliment contenu dans l’emballage et doit mentionner le traitement spécifique qu’il a subi (déshydraté, surgelé, fumé...) ou l’état physique dans lequel il se trouve (décongelé, en poudre...).

C’est le nom réglementaire du produit qui donne des indications importantes car il décrit l’aliment à partir de ses principaux ingrédients. Lorsque le produit dispose d’une dénomination fantaisiste, le nom de vente qui doit être le plus précis possible peut être situé au niveau de la liste des ingrédients.

La Liste d’ingrédients


La liste des ingrédients est une information obligatoire pour la grande majorité des produits alimentaires. Il existe quelques exceptions, assez logiques comme pour les fruits et les légumes frais, certains produits laitiers, l’eau, le lait, la farine, le sucre, le vinaigre …

Plus elle est courte, mieux c’est ! (Pour une fois… ;-))

L'ordre des ingrédients


Dans la liste, les ingrédients sont rangés du plus au moins abondant : le 1° ingrédient est celui qui est le plus présent dans le produit, le dernier celui dont la quantité est la plus petite. Ceci permet donc de se faire rapidement une idée de la composition de son produit.

Exemple étiquette

On peut également retrouver les divers pourcentages de certains ingrédients si l’industriel en a fait la démarche. Noter que ce pourcentage est obligatoire lorsque que le fabricant met en avant sur l’emballage la présence d’un ingrédient particulier.

La nature des ingrédients


Lorsque nous hésitons entre plusieurs produits qui à première vue se ressemblent, c’est la liste des ingrédients qui va principalement nous aider à comparer l’aspect qualitatif.

Ainsi, petit exemple, si vous achetez une protéine en poudre et que vous hésitez entre deux whey concentrat avec la même teneur en protéine, l’une pourra être issu de lait bio (native) et l’autre sous-produit de fromage industriel.

La déclaration nutritionnelle obligatoire


La valeur énergétique (en kJ et kcal)
L’énergie, qui est apportée par les protéines, glucides et matières grasses s’exprime en kilojoules (kJ) et en kilocalories (kcal) appelées plus couramment calories (Cal).

La quantité de matières grasses (en g)
L'étiquette indique la quantité totale de matière grasse présente dans le produit, et, sur la ligne immédiatement au-dessous, la part des matières grasses saturées. Ils apportent 9 Kcal / gr.

La quantité de glucides et de sucres (en g)

Les glucides comprennent l’amidon (glucides complexes : c’est le principal constituant du pain, du riz, des pâtes, des pommes de terre, des légumes secs, etc) et les sucres (glucides simples : glucose, saccharose, fructose, lactose, etc..., on en trouve dans le sucre, le miel, les fruits et jus de fruits, les boissons et aliments sucrés, le lait, …). Ils apportent 4 Kcal / gr.

« Dont sucres » : représente la somme des sucres simples, soit ajoutés dans les ingrédients, soit directement présents dans le produit.

Les fibres alimentaires (en g)

Indique la quantité totale de fibres contenues dans le produit. Les fibres régulent la digestion et le transit intestinal. On peut notamment en retrouver dans les aliments tels que les céréales complètes, les fruits, les légumes, les haricots et les légumes secs.

La quantité de protéines (en g)

Les protéines apportent environ 4Kcal et sont présentes dans les aliments d’origine animale ou végétale, en quantité notable dans les viandes, poissons, œufs, produits laitiers, légumes secs et céréales.

Quantite de protéines

La quantité de sel (en g)

Le nom scientifique du sel est le chlorure de sodium. La teneur en chlorure de sodium d'un produit est en principe indiquée dans les informations nutritionnelles des étiquettes. La teneur en sel est également indiquée pour certains produits, mais pas tous.

Pour calculer une teneur en sel d’un produit, il faut multiplier par 2,5 le chiffre indiqué pour le sodium.
 
Vitamines et minéraux

Les vitamines et sels minéraux présents en quantité significative (au moins 15% des valeurs nutritionnelles de référence pour 100 g ou 7,5% pour 100 ml) peuvent être inscrits.
Ils doivent être déclarés en terme de pourcentage de la valeur quotidienne (%).

Besoins nutritionnels ou repères nutritionnels journaliers


Les besoins nutritionnels de référence sont valables pour un homme adulte et sont issus de travaux scientifiques.

Les repères nutritionnels journaliers sont ainsi des valeurs-repères fournies par les industriels de l'agro-alimentaire (un consortium de grandes entreprises du secteur agroalimentaire) pour permettre un positionnement nutritionnel avec les denrées alimentaires par rapport aux apports nutritionnels conseillés.

Toutefois, ils peuvent être différents entre les zones géographiques. Mais heureusement, concernant l’Union Européenne, ils sont normalisés entre les pays.

Etiquettes nutritionnelles

Apport nutritionnels conseillés (ANC)


Les ANC sont basés sur des données scientifiques relatives aux besoins alimentaires et fournissent des indications sur la quantité moyenne de nutriments-clés dont une personne en bonne santé a besoin dans le cadre d’une alimentation équilibrée. C'est donc une valeur moyenne, sans tenir compte de l'age ou du sexe.

Les apports de référence


Les AR (apports de référence) qui ont remplacé des AJR (apports journaliers recommandés) sont utilisés comme valeurs de référence pour les vitamines et les minéraux dans tous les pays de l'Union européenne. En savoir plus ici.

Toutefois, il ne vaut mieux pas en tenir compte si vous êtes sportif, elles ne sont pas adaptées à vous et à votre activité. Ce ne sont que des valeurs moyennes qui demandent à être modifiées en fonction de chaque individu.

Les indications « santé » de la liste d’ingrédients


En plus de la liste des allergènes, d'autres éléments peuvent être notés.

Les additifs


La liste va de E100 à E180 et de E579 à E585, pour les conservateurs, de E200 à E 297 et pour les agents émulsifiants ou gélifiants de E322 à 499, les exhausteurs de goût, de E620 à E649 et de E959 à E967, et enfin, les agents d’enrobage, de E901 à E914.
Ils sont obligatoirement indiqués dans la liste des ingrédients.

Les OGM


La législation européenne impose que soient précisées sur les étiquettes, les mentions « produit à partir de XXX génétiquement modifié » lorsque le produit en contient plus de 1%. En dessous, le produit peut très bien contenir des OGM sans que ce soit précisé !

Les sigles et appellations


Il existe des signes officiels de qualité, comme par exemple l’appellation d’origine protégée, l’agriculture biologique ou encore le label rouge. Les aliments qui en bénéficient répondent à un cahier des charges définis, dont le respect est contrôlé régulièrement par des organismes agréés.

Le Label Rouge


Il atteste que l'aliment possède un ensemble de qualités et de caractéristiques très spécifiques (conditions de production et goût), qui lui confèrent une qualité supérieure à son équivalent non Label Rouge.

Label Rouge

AB : Agriculture Biologique


Ce label indique qu'au moins 95% des ingrédients sont issus de l'agriculture biologique, c'est à dire qu'ils ont bénéficié de pratiques spécifiques de production (emploi d'engrais vert, lutte naturelle contre les parasites...)

Certains engrais ou traitements (par exemple pour la conservation) peuvent être utilisés mais en quantité limitée et selon des normes définies. L'utilisation d'OGM est strictement interdite.

Produit alimentaire de montagne


Ce label garantit que le produit est originaire d'une aire géographique située en montagne et que sa production respecte des techniques spécifiques aux zones de montagne. La mention "montagne" ne peut être utilisée qu'après une autorisation administrative.

Cette autorisation est délivrée par le préfet de région après consultation de la Corpaq (Commission régionale des produits agricoles de qualité) .

AOC :
Appellation d'Origine Contrôlée (France). Depuis l'apparition des sigles européens, les AOC françaises doivent obligatoirement appartenir à une AOP ou une IGP.

AOP :
Appellation d'Origine Protégée (Europe). Garantie d'un produit lié à une zone géographique précise et un savoir-faire spécifique. Elle garantit les qualités et caractéristiques du terroir d'origine et du savoir-faire du producteur.

STG :
Spécialité Traditionnelle Garantie. Cette mention ne fait pas référence à une origine mais a pour objet de mettre en valeur une composition traditionnelle du produit, ou un mode de production traditionnel. Cette attestation consacre donc une recette, peu importe le lieu de fabrication.

Dates de consommation


Elles indiquent la période pendant laquelle le produit conserve ses propriétés.

Date de durabilité minimale (ex-DLUO)


Anciennement date limite d’utilisation optimale (DLUO). «A consommer de préférence avant le ...» (jour, mois, année), ou «A consommer de préférence avant fin …» (mois, année) ou (année). Elle indique le délai au-delà duquel les qualités gustatives ou nutritionnelles du produit risquent de s’altérer. Elle figure sur des denrées peu périssables, comme l’huile, les conserves, les sodas, ... Elle nous indique que, passée cette date, le produit risque de perdre en qualité (goût, texture, ...), sans pour autant devenir dangereux.

DLUO


Date limite de consommation (DLC)


«A consommer jusqu’au ...» (jour, mois). La DLC apparaît sur les denrées périssables (produits laitiers frais, viandes, poissons, œufs, légumes épluchés en sachets, etc.) dont la consommation au-delà de cette date présente un danger pour la santé (intoxication alimentaire). Elle est accompagnée de la température de conservation ce qui permet de savoir où stocker le produit dans le réfrigérateur.

Aucun produit ayant dépassé sa date limite de consommation ne peut être commercialisé, et aucun ne doit être consommé.

Pour aller plus loin :