Stéroïdes et cortisol

Stéroïdes et cortisol (hormone catabolisante)


Le cortisol est une hormone catabolisante, produite par le corps en cas de stress (comme par exemple un entraînement de musculation). Les réactions du corps quant à la production de cette hormone sont variables suivant les individus lors d'une cure de stéroïdes. À la fin de la cure, le cortisol participe à la fonte musculaire.


Le cortisol est une hormone catabolisante qui augmente fortement durant l'entraînement, il s'agit de l'hormone du stress. En gros, plus le cortisol augmente, et plus la masse musculaire est attaquée dans la séance d’entraînement. Nous allons voir que les produits dopants vont avoir un impact important sur cette hormone, et que cet impact a lui aussi un rôle sur la prise de muscles.

La fausse théorie du cortisol :


Certaines théories se basent sur le fait que les stéroïdes inhiberaient la production de cortisol, et que cet effet permettrait moins de fonte musculaire et une prise de muscle. Il n'en est rien. Si les stéroïdes réduisaient la sécrétion de cortisol, empêchaient le cortisol de s'y fixer ou encore bloquaient l'information transmise par l'« Hormon Response Element » il s'ensuivrait une adaptation du corps qui augmenterait fortement la production de cortisol ainsi que le nombre de récepteurs présents dans le corps. Il y aurait donc un pic de cortisol et une augmentation de la capacité du corps à le fixer.

Si les anabolisants avaient réellement un de ces effets sur le corps la croissance musculaire deviendrait globale. En effet si l'on réduit le catabolisme et que l'anabolisme reste constant on a une augmentation de la synthèse protéique dans tout le corps.

La réalité du cortisol avec les anabolisants :


Les anabolisants vont augmenter, ne pas modifier ou baisser la quantité de cortisol sanguin selon les individus. La réaction n'est pas prévisible. Il n'est pas pas possible de savoir à priori quel effet les anabolisants pourront avoir sur votre cortisol.

Par contre, le changement est constant, et non pas simplement au cours de l'entraînement. La modification est valable tout le temps.

En cas de baisse de cortisol :


Si il y a une baisse du cortisol, cela va avoir pour effet de réduire l'augmentation du taux de cortisol y compris durant l'entraînement, ce qui va induire une baisse du « mauvais » catabolisme en augmentant le « bon » catabolisme (celui provoqué par les charges et la tension musculaire). En effet, rappelez-vous qu'il y a plusieurs types de catabolisme, plusieurs type de stress appliqués aux muscles pendant la séance d’entraînement, et certains sont nécessaires pour pouvoir ensuite provoquer la surcompensation (l'anabolisme).

Ainsi l'élévation du taux de cortisol sera moindre que sans la prise de stéroïdes. Mais encore une fois, cela sera dépendant de la réaction de chaque sportif dopé.

La fin du cycle de stéroïdes :


Cependant à la fin d'un cycle de stéroïdes il s'ensuit une hausse réactionnelle du cortisol durant l'entrainement. Ce qui peut accentuer la fonte musculaire à la fin de la cure. Comme nous l'avons déjà vu dans d'autres articles, il y a aussi de nombreux autres facteurs qui viennent s'ajouter à ça pour augmenter le risque d'une diminution important des gains réalisés pendant la cure.

De plus les stéroïdes ont un effet anti-douleur, ils agissent sur les récepteurs opioïdes comme le fait la morphine. Les androgènes réduisent également la sensation de douleur dans le cerveau. Ainsi l'augmentation du cortisol et l'arrêt de l'effet anti-douleur va induire des douleurs lors de la fin du cycle de stéroïdes.

Le problème est également que la morphine réduit la production des androgènes, les stéroïdes ayant le même effet, il s'ensuit que la prise de stéroïdes va réduire la production endogène d'androgènes.

Attention : nous déconseillons fortement l'utilisation de produits dopants, car ceux-ci sont très dangereux pour la santé, et illégaux.


On en parle sur le forum : Stéroïdes, anabolisants, testostérone et hormones