7 erreurs des mecs naturels


Lorsque l'on débute en musculation, il y a beaucoup d'informations à saisir et sans expérience, on commet souvent pas mal d'erreurs. En tant que pratiquant naturel, il est parfois compliqué de démêler le vrai du faux et de savoir qui a raison. Le temps et l'acquisition de connaissances feront le travail mais avant tout, on veut vous expliquer quelles sont les erreurs les plus courantes d'un athlète naturel.

7 erreurs des mecs naturels


1. Ne pas avoir des attentes trop hautes


Il ne faut pas partir avec le physique de Hulk ou d'Arnold en tête ! En étant pratiquant naturel, vous pouvez évidemment obtenir de supers résultats et changer physiquement mais il existe une limite naturelle, propre à chacun, en fonction du patrimoine génétique, de notre anatomie et de nos antécédents sportifs.

Vous pouvez être relativement sec ou être très costaud mais vous n'aurez jamais les deux en même temps. On le dit souvent mais en étant naturel, ce n'est tout simplement pas possible. Ne regardez pas les meilleurs physiques de votre salle ou les stars ou gros influenceurs de l'industrie du fitness, cela cache quelque chose dans la majorité des cas : de la dope !

Et faites attention aussi aux physiques de ceux que l'on nomme ''half natty'', qui ne prendraient plus rien aujourd'hui mais qui ont pris des produits dopants avant, parfois pendant des années ! Ils ont des physiques qui ne sont clairement pas atteignables par le commun des mortels !

Les débutants prennent aussi l'excuse des années, comme si en 20 ans de musculation, on pouvait ressembler à mister Olympia et avoir un tour de bras de 52 ! Même après autant d'années, on peut juste atteindre que notre potentiel génétique musculaire maximum ! Et celui-ci est très loin des standards du body !

Vous ne pourrez jamais faire le même type d'entrainement que les personnes dopées et récupérer aussi bien d'un volume d'entrainement aussi énorme ! Mais n'abandonnez pas au bout de 6 mois parce vous n'avez pas atteint un physique énorme et écorché, changez simplement vos références !

2. Penser que seul les poids lourds et les séries courtes comptent !


On voit souvent des conseils du genre, pour devenir big il faut pousser big ! Forcément vous allez devoir passer par des poids relativement lourds et des séries courtes (5 ou 6 répétitions) pour pouvoir progresser à un moment donné. Mais plus vous avancez dans la pratique, plus vous resterez entre 8 et 12 répétitions sur les exercices de base et vous pourrez monter jusqu'à au moins 30 répétitions pour les exercices d'isolation ! Ce sera la seule façon pour pouvoir progresser petit à petit, sur le long terme ! En gros, si vous voulez progresser naturellement, il faudra travailler lourd, avec des poids ''moyens'' et des poids légers, tout sera bon tant que vous progressez ! Et vous travaillerez ainsi tous les facteurs de l'hypertrophie, la tension mécanique, le stress métabolique et le temps sous tension !

Donc variez et utilisez de tout. Ne vous limitez pas.

3. Pas le même training :


- Vous n'avez pas les mêmes capacités de récupération, et la dope influence le type de stress nécessaire pour faire grossir les muscles. Donc n'essayez pas de faire la même fréquence ou le même volume de travail qu'un dopé. J'avais déjà fais une vidéo sur le sujet, donc je vous invite à aller la voir : « Arrêtez de massacrer vos muscles »

- Ne pas faire trop d'amplitude partielle : si vous êtes intermédiaires ou confirmés, des douleurs apparaissent très souvent et votre amplitude doit être modifiée. Cela est très souvent le cas au développé couché ou incliné ou l'on doit rester sur une amplitude partielle pour préserver l'articulation de l'épaule, si notre morphologie n'est pas adaptée. On peut voir la même chose sur un squat ou un curl pour les biceps. Mais sur l'ensemble de vos mouvements, préférez une amplitude complète, sans triche, avec une bonne technique d’exécution ! Les sensations sont généralement bien meilleures !

- La sensation : on voit souvent des dopés travailler uniquement à la sensation, à la congestion, avec des mouvements très réduits. Tout simplement car ils n'ont pas besoin d'appliquer le même stress musculaire que nous ! Et comment savoir si vous progressez ? Comptez vos reps, vos séries, vos temps de repos et vos poids. Ne faites pas au hasard !

4. Trop manger !


C'est l'erreur souvent commise par les athlètes naturels, c'est la prise de masse ''builking'' avec trop de junk food et de cheat meal ! ''Je suis en prise de masse, je peux tout manger''. Un peu trop beau pour être vrai, vous allez faire trop de gras, ce qui peut bloquer la prise de muscle, altérer la sensibilité à l'insuline, dérégler la thyroïde et affecter les niveaux de testostérone !

Restez à 300 calories en moyenne au-dessus de votre maintenance calorique et au maximum 500 ! Testez sur le moyen terme et ajustez en fonction de vos résultats ! Forcément en surplus calorique, vous allez créer des cellules adipeuses mais le but c'est de limiter la casse et de faire une prise de muscle la plus propre possible !

Et inutile aussi de monter à 4g de protéines par kilo de poids de corps. Sans dope, vous ne pourrez pas les fixer.

5. Faire toujours la même chose


Il est évident que pour l'apprentissage moteur et l'adaptation du système nerveux, il ne faut pas changer tout le temps son programme, cela sera même complètement contre productif. Il faut créer une routine dans laquelle vous soyez bien et qu'elle vous permette de progresser. Cependant, la pratique évolue au fil des mois et des années et lorsque l'on stagne, il est évident qu'il faut trouver d'autres exercices ou des méthodes différentes pour réussi à stresser des muscles qui s'adaptent de plus en plus à votre entrainement. Dans l'idéal, il faut même changer avant de stagner.

Cela peut être aussi retravailler sa technique sur certains exercices pour bosser vraiment le muscle que l'on veut travailler. On peut aussi mettre l'accent sur nos points faibles pour obtenir un physique plus harmonieux.

Surtout ne refaites pas les mêmes séances d'une semaine à l'autre, il faut trouver le moyen d'augmenter le poids, le nombre de répétitions, ou le temps sous tension pour améliorer au moins l'un des facteurs de l'hypertrophie !

6. Ne pas faire attention à des choses élémentaires !


Votre alimentation doit être bien structurée, avec le bon ratio de macros et ce dont vous avez besoin comme calories. Certains pratiquants feront trop de gras avec les glucides et devront augmenter les lipides ; certains dépendront des glucides pour avoir assez d'énergie, c'est là où l'alimentation doit devenir personnelle et évoluer si besoin en fonction des résultats. Il faut tester !

Il faudra aussi faire attention aussi à vos micro nutriments, c'est à dire les vitamines et les oligo éléments dont vous avez besoin car ils sont à l'origine d'un nombre immense de processus biochimiques au sein de votre organisme !

Faites attention enfin à votre récupération et votre sommeil, qui seront d'une importance capitale pour que votre système hormonal tourne correctement.

7. Suivre les conseils d'athlètes dopés


Les règles sont totalement différentes pour l’alimentation et l'entrainement ; ça ne veut pas dire que ces athlètes ne vous donneront aucun bons conseils, mais de préférence, cherchez à apprendre d'athlètes naturels, qui ont de l'expérience et qui auront le même vécu que vous !

En salle, dès qu'un athlète est énorme et sec, il se sent forcément qualifié pour donner des conseils à tout le monde mais il n'y a aucune corrélation entre paraître énorme et les connaissances !

Et c'est pareil pour les influenceurs fitness dopés, il y a une différence entre les suivre, c'est à dire être motivés par eux, regarder leur routine, ce qu'ils font dans la vie et suivre leur conseils, qui ne seront pas des plus pertinents pour vous ! Et surtout n'essayez pas de les imiter. Ils peuvent être dopés, mais surtout rien ne les oblige à montrer la réalité de ce qui est vraiment fait. Tout cela n'est que du marketing.

Envie de progresser ?

Nos coachings Fitzone Trainer sont là !

1- Je choisis mon sexe
Homme
Femme
2- Je choisis mon objectif
Prise de
masse
Perte de
poids
3- J'obtiens mon programme