Hernie discale

Hernie discale


Conseils, informations et retour d'expérience sur la hernie discale. J'ai une hernie discale depuis 2003, voilà le détail de cette « aventure » et des informations pour ne pas avoir le même problème.


Cette page est un résumé de ma rencontre malheureuse avec une hernie discale, en 2003. J'espère qu'elle vous aidera à la reconnaître si elle survient ou si possible à l'éviter. Quand le diagnostic avait été établi dans mon cas, j’étais vraiment désemparé car je n’arrivais pas à trouver d’information sur ce problème. De même, il n’était impossible de savoir comment faire pour réduire la douleur sans passer par la chirurgie, et je ne savais pas non plus si je pourrais reprendre le sport et encore moins la musculation.

C’est pour répondre notamment à ces questions que j’ai décidé de créer cet article, pour ne pas vous laisser seul avec ce problème. Attention, je ne suis pas médecin, je détaille ici simplement mon expérience personnelle, d'une hernie discale placée en L5-S1, c'est-à-dire sur la dernière vertèbre, entre les vertèbres et le sacrum. Donc gardez un oeil critique sur cet article.

Edit 2014 : plus de 10 ans après que le diagnostic ait été posé, ma hernie ne m’embête presque jamais (je ne la sens que quatre ou cinq fois par an) et j’ai pu reprendre la musculation et progresser. Par contre, forcément, j’ai adapté ma façon de m’asseoir, de dormir et de m’entraîner pour ne pas que la douleur revienne.

Une hernie c’est quoi ?

Définition d'une hernie :

 

Définition de la hernie discale




"Sortie totale ou partielle par un orifice pathologique d'un tissu hors de son emplacement normal". En gros cela signifie qu'il y a un « trou » quelque part et que par ce trou, quelque chose qui devrait normalement rester confiné s'échappe.

La colonne vertébrale est composée de vertèbres et de disques intervertébraux, qui sont donc placés entre les vertèbres. Ces disques sont des sortes de coussins qui permettent d'amortir les pressions et les chocs entre les vertèbres, ils sont en quelque sorte les amortisseurs de votre colonne vertébrale.

Mais ce n’est pas tout, ils servent aussi d’articulation : c’est grâce à eux que vos vertèbres peuvent bouger les unes par rapport aux autres .

Ces disques, relativement mous, supportent une énorme pression lors de chocs ou d’exercices lourds. Normalement, ils sont faits pour être extrêmement résistant. Par contre, si le disque est écrasé (ou pincé), à cause d’un mauvais mouvement ou d’une pression trop importante par rapport à sa résistance (ou les deux en même temps), le disque n’est plus dans sa position optimale, et il est alors plus fragile. Il ne peut plus assurer son rôle convenablement.

Il y a alors un risque qu’il se fissure (ce qui crée le fameux « orifice pathologique », le trou dont nous parlions plus haut) et laisse passer une partie des tissus contenus à l'intérieur du disque. C'est la hernie discale. 

Cet écrasement peut être dû à une pression trop importante d'un seul coup (par exemple lors d'un choc) ou à des pressions qui se répètent dans le temps (musculation lourde, course à pied sur sol dur, multiplication de gestes de manutention ...). 

Le problème est que vous pouvez vous en rendre compte … ou non. En effet, suivant l’endroit où se trouve la hernie, ainsi que sa taille, il est possible qu’elle soit douloureuse ou non. Si elle est douloureuse, c’est simplement que le tissu qui s’échappe par le trou (et qui produit un renflement à l’extérieur du disque) applique une pression sur une ou plusieurs fibres nerveuses.

Si il n’y a pas de pression, vous ne ressentirez donc aucune douleur. Cela peut sembler être une bonne nouvelle, mais ce n’est pas tout à fait le cas : en effet, cela implique donc que certains d’entre vous ont une hernie discale sans même le savoir. Le problème n’est pas d’en avoir une, mais plutôt que cela implique qu’il y a un risques de l’aggraver et donc qu’ensuite elle devienne dangereuse.

Attention : lorsque le disque est fissuré, c'est A VIE ! La hernie peut disparaître (le tissu qui est sorti peut ré-entrer ou être détruit par le corps), mais le disque reste fissuré donc fragile à vie, il ne se réparera jamais, c'est tout simplement impossible.

Les signes cliniques de la hernie discale

Signes cliniques de la hernie




Avant tout, 2 mises en garde :

  • D’abord, il faut savoir que toutes les hernies discales ne provoquent pas forcément une douleur. Cela implique donc que vous pouvez avoir une hernie sans le savoir.


  • À savoir aussi que vous pouvez très bien avoir une sciatique sans avoir de hernie discale. Donc ne vous alarmez pas, et consultez un spécialiste avant de commencer à stresser.

La hernie discale se caractérise par une douleur de sciatique. En effet, la hernie cause une saillie au niveau du disque, sur la colonne vertébrale. Cette saillie cause deux phénomènes : 

  • Inflammation de la zone : vous pouvez avoir une inflammation de la zone qui va produire à terme une compression des nerfs présents, c’est ce qui va ensuite provoquer de la douleur.


  • Pression sur le nerf sciatique : ici c’est encore plus simple : la pression directement impliquée sur le nerf provoque une douleur.

Il est aussi possible que cela provoque un phénomène de « protection » du corps via des contractures musculaires : ces contractures sont là pour nous empêcher de bouger, et donc pour vous éviter d’aggraver la blessure. C’est une protection du corps qui est douloureuse, mais une protection quand même !

Cette douleur de sciatique se caractérise par son trajet, très spécifique. Elle démarre en général dans un fessier (droit ou gauche) et se poursuit le long de l'ischio-jambier, derrière le genou et les mollets. Elle est généralement ressentie que d'un côté, donc sur une seule jambe.  Il est possible qu’elle soit plus courte (c’est-à-dire qu’elle ne descende pas forcément sur le mollet), donc tout le monde ne va pas avoir une douleur « entière ».

Cette douleur peut être plus ou moins violente, mais si elle est violente vous devriez ressentir des décharges électriques très douloureuses et qui vont irradier, lorsque vous ferez un geste inadapté, comme par exemple vous asseoir dans votre voiture ou mettre une chaussette. Certains gestes de la vie quotidienne peuvent alors devenir très difficiles voire carrément impossibles pour les cas les plus graves.

Une des particularités est que la hernie discale n'engendre aucune douleur dans le dos. Ce qui peut induire en erreur, comme ça a été mon cas. J'ai cru pendant plusieurs semaines que j'avais simplement une grosse tendinite à la jambe. J'étais loin de me douter que ma douleur à la jambe pouvait provenir d'une blessure au dos.

Apparition de la douleur

La douleur survient de deux façons différentes : 

  • Douleur immédiate et violente lors d'un exercice lourd, ou sur un faux mouvement. Ce cas est très dangereux dans le sens où la blessure peut être aggravée, par exemple par la chute d'une barre qui n'est plus contrôlée ...


  • Douleur progressive, qui apparaît et augmente ensuite petit à petit. L'avantage ici est qu'il n'y a pas de risque lié à une chute de barre. De plus si on reconnaît assez tôt la douleur, il est possible de soigner avant que la blessure devienne trop importante. Le problème est que comme la douleur apparaît doucement, elle est plus dure à identifier. De ce fait le risque est de continuer à s'entraîner et donc à aggraver la blessure. 

Cette douleur est ensuite généralement ressentie sur les cas suivants : 

  • Douleur lorsque on se penche en avant, par exemple pour mettre une chaussette ;


  • Douleur dès que le dos est rond ou creusé ;


  • Douleur pour tendre une jambe ( la jambe qui a la sciatique) ;


  • Douleur pour aller à la selle (aux toilettes) ;


  • Douleur pour s'asseoir et/ou se lever, surtout en voiture ou après une longue période assise ;

C'est une liste non exhaustive, mais ces symptômes sont déjà révélateurs. 

Attention, car le fait de s'entraîner sur la zone, par exemple de faire du Squat ou du Rowing, endort la douleur. En effet le fait de travailler la zone, de lui apporter un afflux de sang, de faire circuler l'oxygène et les nutriments calme voire supprime la douleur pendant quelques jours.  

Il est donc facile de croire que ces exercices soulagent la douleur, alors qu'en réalité la blessure augmente. En général, avec une sciatique, la douleur disparaît pendant 1-2 jours après une séance et revient ensuite, plus violente.

Traiter la hernie discale

Comment traiter la hernie discale




La première étape est de stopper toute activité sportive, et d'aller voir son médecin. 

Une auscultation est normalement suffisante pour déterminer s'il s'agit d'une hernie discale ou non. Ce diagnostic peut être confirmé par une radio, mais surtout par une IRM. Le problème pour cette blessure est que les options de soins sont très réduites, il n'y en a que deux : 

Option 1 : repos - médicaments - kinésithérapie :

C'est clairement l'option à privilégier : si vous souhaitez soigner votre hernie discale en limitant les effets secondaires et les risques, vous devez essayer d'éviter l'opération.

Le but des médicaments (normalement à base d'antalgiques pour combattre la douleur + des anti-inflammatoires pour réduire l'inflammation et la douleur + des décontractants musculaires pour soulager la tension sur la hernie) et du repos est de calmer l'inflammation de la zone et de reposer les muscles alentours, pour relâcher la pression sur la colonne vertébrale et sur les muscles du dos.

La kinésithérapie quant à elle va consister en de nombreux étirements, surtout des ischios, lombaires et fessiers, donc pour toute la zone postérieure, ici encore pour relâcher la pression. Tant que la pression ne sera pas supprimée ou fortement réduite,  l'inflammation et la douleur continueront. Avec en plus un risque d'accentuer encore la taille de la hernie.

L'intérêt de tout cela est donc que la zone ne soit plus enflammée, ni sous pression et si possible que la hernie disparaisse. Celle-ci peut "re-rentrer" ou mourir, se couper et être éliminée par le corps. Le but est aussi que la pression sur le nerf diminue, pour réduire la douleur. 

Pour soigner, le repos doit être le plus complet possible. Il ne faut pratiquer aucune activité sportive ou physique (porter les courses par exemple), l'idéal étant de rester couché, dans une position confortable en fonction du sens de votre hernie discale. Il est même possible de se faire hospitaliser pendant quelques jours. Ces quelques jours seront passés allongés et étirés. C'est-à-dire que des poids seront attachés aux pieds pendant plusieurs jours, en position allongée, pour étirer la colonne vertébrale. 

Pendant la période de repos, il est possible de renforcer les étirements réalisés pendant les séances de kinésithérapie par des étirements réalisés chez soi, tous les jours. Demander les étirements à votre kiné, ou voir le lien ci-après : étirements hernie discale

Pour information, depuis 2003, pour éviter les douleurs et pouvoir continuer à faire du sport, je m'étire tous les matins au réveil pendant 15 à 20 minutes. Grâce à ces étirement, j'ai réussi à faire disparaître la douleur. Et bien sûr, je m'étire de nouveaux à la fin de ma séance de musculation. C'est grâce à tout cela que j'ai réussi à soigner ma hernie, alors que les médecins m'avaient prédit que je devrais arrêter le sport !

Option 2 : opération chirurgicale :

L'opération est l'option de la dernière chance pour soigner votre hernie discale. L'opération consiste à ouvrir, à couper la hernie et à refermer. 

Ce n'est pas une opération anodine, puisqu'elle se pratique sur la colonne vertébrale, elle a donc des risques, notamment de paralysie. Il faut signaler aussi qu'elle ne fonctionne pas dans tous les cas, elle peut même augmenter la douleur. De plus, suite à l'opération, le disque est en partie supprimé, découpé, et peut durcir. Il ne peut alors plus jouer pleinement son rôle d'amortisseur. A terme, les deux vertèbres séparées par le disque peuvent même se souder dans le pire des cas.

Enfin, cette opération ne peut pas se pratiquer sur toutes les hernies, elle dépend de la position de la hernie par rapport à la moelle épinière. 

Le traitement de la hernie par la pratique

Traiter la hernie au quotidien




Il est impératif de vous renseigner par vous-même et de tester différentes solutions pour soulager la douleur, si vous voulez vraiment réduire les méfaits de votre hernie le plus rapidement et plus efficacement possible.

Ne vous fiez jamais à 100% à votre médecin, il ne sera pas toujours en mesure de vous aider. Les livres, les magazines et internet constituent une source de renseignement non négligeable. Bien sûr cela ne veut pas dire qu’il faut négliger de prendre l’avis d’un ou plusieurs de spécialistes, mais ne vous reposez pas entièrement sur eux. Ils ne connaissent pas votre corps aussi bien que vous, et ne savent pas quelles sont vos habitudes de vie.

Donc cherchez, cultivez-vous, renseignez-vous et essayer de comprendre au mieux votre hernie discale pour vous l’approprier et ensuite la dompter. Pour y parvenir, il est important de tester. Dans mon cas particulier, j'ai soulagé mes douleurs grâce à deux solutions assez simples, mais qui m’ont demandé beaucoup de réflexion et de compréhension de ma hernie : 

  • J'ai redressé tous mes fauteuils, en voiture, comme au bureau ou à la maison. Une position trop allongée me causait des douleurs. Idem si j’étais assis avec le dos trop cambré (par exemple dans un canapé avec les pieds au sol). Alors que en étant assis dans un fauteuil avec les pieds surélevés, mon bassin était dans une meilleure position, ce qui m’évitait de cambrer le bas du dos et donc de comprimer encore plus ma hernie.


  • J'ai changé ma position pour dormir. J'ai arrêté de dormir sur le ventre, en dormant sur le dos ou sur le côté (un seul côté, l'autre me cause des douleurs), je m'étais rendu compte que la douleur le matin était plus importante. Depuis, je ne dors que dans une seule position, sur un seul côté, toujours dans la même position.

Pour trouver ces solutions, forcément j'ai testé plusieurs fois mais j’ai aussi analysé de quel côté était ma hernie, de quel endroit elle sortait et donc quelles étaient les positions qui étaient susceptibles d’appuyer encore plus du côté du disque fissuré et donc de faire ressortir encore plus ma hernie.

En évitant de me retrouver le plus possible dans cette position, et à l’inverse en me mettant en position ou le disque fissuré serait « étiré » et non plus « compressé » j’ai pu petit à petit soulager mes douleurs en réduisant la « sortie » de ma hernie.

Ces solutions simples, aucun médecin ni kinésithérapeute (j'en ai vu plusieurs de chaque) n'avait su me les donner, ni même recherché à le faire. C'est en me renseignant, en essayant de comprendre ma hernie que j'ai pensé à tester ces solutions. Le hasard joue aussi un rôle, il faut être à l'écoute de son corps, essayer de savoir ce qui a changé dans la journée ou la nuit qui a précédé un changement dans l'intensité de la douleur.  

Les exercices de musculation dangereux

Rowing Yates exercices dangereux pour le dos




Partie un peu compliquée. En effet les causes sont multiples et difficiles à identifier. Tous les exercices à proscrire sont les exercices qui placent trop de pression sur la colonne vertébrale. Du coup, il ne reste plus beaucoup de mouvements possibles … Les exercices les plus dangereux sont : 

  • Rowing, compte tenu de la position penchée en avant qui multiplie la pression sur la colonne ;


  • Soulevé de terre jambes tendues, même problème que le précédent, mais encore plus accentué du fait de la position des jambes, qui sont tendues lors de cet exercice ;


  • Soulevé de terre et Squat, car ce sont des exercices où l'on porte très lourd, ce qui bien sûr, augmente la pression ;


  • La prise inversée en soulevé de terre augmente le risque, car elle "vrille" la colonne ;


  • Développé militaire .... ;

En fait quasiment tous les exercices où le poids est finalement reporté sur le dos !! Le problème est de savoir ce qu'il est possible de faire ou non. Certains pourront faire du rowing à 150kg et n'auront jamais rien, alors que d'autres, se feront mal à moins de 80kg. Il faut donc faire attention à ces exercices : veillez à avoir une technique d'exécution parfaite, et ne prenez pas trop lourd.

Mon avis est que cette blessure survient sur des terrains favorables, causée par une multitude de facteurs qui s'additionnent. 

Pour moi, j'ai toujours eu des problèmes de dos, un "cadeau génétique" de ma mère. Ces problèmes se sont certainement aggravés lors de mon enfance / adolescence à la suite de mes chutes répétées en Skate et BMX. Ajoutez à cela des vertèbres qui se "déplacent", des années de musculation parfois un peu bourrin et quelques mois où j'ai voulu travailler ma force (cf les perfs atteintes fin 2003, lors de la "déclaration" de ma hernie), et vous obtenez une hernie. 

Et le lumbago ? Définition :

Lumbago




Le lumbago provient d'un problème au niveau du rachis lombaire (les vertèbres lombaires, en bas du dos). En cas de faux mouvement, une contraction intense et involontaire des muscles bloque la colonne, à la manière d'une contracture.  

Cette contraction est commandée par la synoviale, qui est une membrane entourant les disques lombaires et produisant la synovie, un liquide qui lubrifie les articulations. La synoviale est une zone très innervée, qui peut commander en cas de faux mouvement ou de tension trop importante, la contraction des muscles alentour pour prévenir tous dommages à la colonne.

Cette contraction est commandée directement via la moelle épinière et sans passer par le cerveau, c'est un réflexe de sauvegarde, qui malheureusement entraîne une contracture douloureuse et donc un blocage de la zone touchée.  

On parle de lombalgie chronique si la douleur dure plus de 3 mois.  

Prévenir la hernie

Pour prévenir la hernie discale, je dirais qu'il faut simplement être à l'écoute de son corps, augmenter progressivement les charges et surtout soigner la technique. Il peut aussi être utile de consulter régulièrement un kinésithérapeute et/ou un ostéopathe, une à deux fois par an, pour vérifier que tout va bien, même si vous n'avez aucune douleur. 

Pour soulager la pression sur la colonne vertébrale lors de certains exercices, penser à 2 choses : 

  • Maintenir une pression abdominale importante, en contractant les abdominaux pour gainer la ceinture abdo/lombaire et ainsi soulager la colonne ;


  • Réaliser certains exercices debout. Le fait de les réaliser debout permet d'améliorer l'amorti du poids par le corps, les jambes (légèrement fléchies) jouant un rôle d'amortisseur. Attention, le fait d'être debout rend la stabilisation plus complexe ;

Après votre séance de musculation, il est impératif de prendre quelques minutes pour faire des étirements pour le dos. Sans ces étirements, une partie de la tension appliquée aux muscles pendant l'entraînement reste présente pendant plusieurs heures, ce qui entraîne une pression sur la colonne vertébrale.


On en parle sur le forum : forum de musculation :  Hernie discale   



  Choisissez votre coaching par AM :


Toute la qualité des conseils et du suivi All-musculation dans nos coaching !
Dés 29€/mois
Programmes d'entrainement + nutrition !