Prise de masse sans prise de gras


La prise de masse engendre toujours une prise de gras, plus ou moins importante suivant l'entraînement et l'alimentation. Néanmoins, il est possible de réduire un peu la prise de gras, en modulant son alimentation, et en surveillant les gains de force. C'est ce qu'on appelle la « prise de masse sèche ».


Alimentaiton pour une prise de masse sèche

Pendant une prise de masse musculaire, on place le corps dans un état qui le fait grossir, dans le but de prendre du muscle, donc d'augmenter le volume musculaire global du corps.

Le problème est que le corps ne prend rarement que du muscle, mais aussi bien souvent une proportion de gras, plus ou moins importante. Le taux de gras va dépendre de la quantité de calories excédentaires, de l'entraînement et du type de calories apportées.

En moyenne, 25 à 50% du poids et des mensurations gagnés pendant une prise de masse provient en réalité d'une prise de gras. Plus la prise de masse est réussie et plus ce taux est faible : c'est ce qu'on appellera une prise de masse sèche. C'est clairement l'objectif que vous devez viser, même si c'est bien plus complexe que la prise de masse « basique ».

En effet, la prise de gras au cours d'une prise de masse est quasiment obligatoire. Mais heureusement, il est possible de la limiter en faisant plus attention à son alimentation, donc en ayant une nutrition bien plus précise. Même si le gras en trop pourra être éliminé par une sèche bien réussie, limiter la prise de gras est un bon moyen de faciliter la sèche et de garder un physique pas trop gras même en fin de prise de masse musculaire. De plus, ce sera autant de temps gagné par la suite sur votre progression : en réduisant le temps de votre régime de sèche, vous réduisez la durée de la période pendant laquelle vous ne pourrez pas (ou peu) progresser.

L'idéal serait de prendre du muscle sans prendre de gras, mais c'est très difficile, voire même quasiment impossible. Par contre, il est possible de faire attention et de limiter la prise de gras lors d'une prise de masse.

Prise de muscle sec :



Pour limiter la prise de gras et tenter de faire une prise de masse sèche, « propre », il faut surveiller les aliments consommés, mais aussi les quantités de manière bien plus précise si vous faisiez un simple bulking. Une prise de masse musculaire exige d'augmenter les apports mais cela ne signifie pas qu'il faille manger n'importe quoi.

Il faut, si possible, privilégier les bons aliments : céréales complètes avec faible index glycémique, limitation des mauvaises graisses, utilisation des bonnes graisses, protéines animales et de poisson (à privilégier par rapport aux protéines végétales), et fruits et légumes en grande quantité, pour un bon apport en vitamines et minéraux.



Donc en préférant les bons aliments, vous pouvez limiter votre prise de gras. Bien entendu, vous pouvez (et même devez) vous faire plaisir de temps en temps, c'est aussi tout l'intérêt de cette période.

En plus de la qualité des aliments, leur quantité sera importante : au lieu de viser un excédent calorique de 500 à parfois 2000 kcal en plus chaque jour (pour les cas extrêmes), essayez d'avoir simplement 200 à 300 kcal de plus par jour. La prise de masse sera plus lente, mais le gain de poids sera vraiment de meilleure qualité.

La problématique avec un si faible différentiel de calories est de mal estimer sa maintenance, et donc d'être en réalité en maintenance ou en sèche alors que vous pensez être en prise de masse. En effet, avec à peine 200 ou 300 kcal de plus, il suffit de se tromper légèrement dans les proportions pour que très rapidement votre plan alimentaire de prise de muscle sec se transforme en plan alimentaire de sèche. C'est pour cela qu'il faut être très précis aussi bien dans son alimentation que dans son activité physique pour réussir ce défi.

En terme d'entraînement, il n'y a pas réellement de « programme prise de muscle sec » spécifique, vous pouvez conserver votre programme de prise de masse habituel. Mais si vous le souhaitez, vous pouvez rajouter un peu de cardio-training, mais attention à la récupération.

Surveiller la prise de masse :



Pour éviter de prendre trop de gras, il faut surveiller la prise de masse musculaire pour ajuster les apports caloriques si le gras augmente de façon trop rapide.

Pour cela, plusieurs moyens sont possibles :

- Se peser régulièrement, 1 fois par semaine. Si vous dépassez 500 g de prise de poids par semaine, c'est que la prise de poids est trop rapide et que la proportion de gras doit être importante. La prise de poids doit être au maximum de 500 g par semaine, pas plus. Plus elle sera lente, et plus vous avez de chance de limiter la prise de gras. Mais attention, si elle est trop lente, vous limiterez aussi la prise de muscle ! Le juste milieu n'est pas évident à trouver.

- Regarder le miroir : si vos abdos disparaissent et que le dessin des muscles devient de plus en plus flou, c'est que le taux de gras augmente. L'aspect « veineux » est aussi un bon indicateur, de même que le tour de taille ou encore les stries sur les muscles.

- Suivre les gains en force : si la force augmente de façon régulière (à nombre de séries et de répétitions égal), cela veut dire que l'entraînement est productif et que le volume gagné provient au moins en partie d'un gain en muscle. Mais attention, ce n'est pas un indicateur très fiable : en effet, il est facile de tricher et de dégrader la technique d'exécution des exercices pour réussir à soulever plus lourd. De plus, quand on débute, il est tout à fait possible de prendre de la force sans prendre de muscle (et donc sans prendre de poids).

Attention toutefois à ne pas chercher à trop limiter la prise de gras, car cela risque de limiter par la même occasion la prise de masse musculaire, donc le gain en muscle.


On en parle sur le forum : Prise de masse  



  Choisissez votre coaching par AM :


Toute la qualité des conseils et du suivi All-musculation dans nos coaching !
Dés 29€/mois
Programmes d'entrainement + nutrition !