Le syndrome général d’adaptation


Le syndrome général d’adaptation (General Adaptation Syndrom ou GAS) permet de préparer les muscles à supporter un stress et en augmentant la masse musculaire, l'endurance, … . Pour cela, il faut du temps et une bonne alimentation. De plus, la récupération et la surcompensation sont 2 notions qui interviennent pour une bonne adaptation.


Le syndrome général d’adaptation



La prise de masse musculaire résulte de l'adaptation des muscles à un stress, c'est une règle de base de l'entrainement. Ce stress est obtenu par l'entraînement de musculation. L'adaptation sert à préparer les muscles à supporter un stress, tout comme le bronzage aide la peau à supporter le soleil. C'est un mécanisme de décence du corps, qui lorsqu'il se rend compte qu'il n'est pas adapté pour supporter un stress précis (comme l'entrainement par exemple), essaye de mettre en place des parades, pour mieux le supporter la prochaine fois.

Mais pour que cette adaptation se fasse, il faut que deux facteurs soient présents :

- le temps : l'adaptation est lente, il faut donc laisser suffisamment de repos aux muscles entre deux périodes de stress (d'entraînement) pour que l'adaptation puisse avoir lieu ;

- l'alimentation : pour se reconstruire et grossir, les muscles ont besoin de nutriments, de glucides, de protéines ... Une bonne alimentation est donc un facteur déterminant pour la croissance musculaire.

Tout comme avec le soleil. Si vous voulez bronzer il faut s'exposer au soleil suffisamment, puis laisser le corps s'adapter avant de retourner au soleil (pour ne pas prendre de coup de soleil). Il faut donc aussi que le stress est était suffisant. Si l'entrainement de musculation n'est pas assez intensif, le corps n'a pas de raison de s'adapter, puisque le stress est faible et facilement supportable.

L'adaptation des muscles suit le même principe et se fait en deux temps :

- la récupération : le muscle répare les micro-lésions (musculaires et articulaires) causées par l'entraînement et refait ses réserves d'énergie. Les systèmes nerveux et hormonal se reposent pour retrouver leur pleine efficacité.

- la surcompensation : le muscle devient plus gros / plus fort / plus endurant pour se préparer à supporter un nouvel entraînement dans de meilleures conditions.

A terme, cette succession de stress et d'adaptation entraîne une prise de masse musculaire. Cette croissance musculaire est nommée hypertrophie, c'est elle qui doit résulter de tout bon entraînement de musculation, à condition qu'il soit associé à une récupération suffisante.

Attention, car l'hypertrophie n'est pas constante. Quand on débute en musculation, si l'entraînement est bon, la croissance musculaire est assez régulière. Par la suite, elle se fait plutôt sous la forme de pallier. Il est alors possible de progresser en force / endurance / technique d'exécution pendant plusieurs semaines sans progresser au niveau masse musculaire. La croissance musculaire va ensuite se faire sur quelques semaines, pour stopper à nouveau pour quelques mois.

Il ne faut donc pas perdre patience si la croissance n'est pas constante. L'efficacité d'un programme d'entraînement ne se mesure pas sur 2 semaines, mais plutôt sur 2 mois.

La croissance musculaire est donc une succession de stimulation et d'adaptation, c'est ce qu'on appelle le syndrome général d'adaptation. Attention : le repos et l'alimentation sont aussi importants que l'entraînement pour que l'adaptation se fasse dans de bonnes conditions.


On en parle sur le forum : La base de l'entraînement  

Envie de progresser ?

Nos coachings Fitzone Trainer sont là !

1- Je choisis mon sexe
Homme
Femme
2- Je choisis mon objectif
Prise de
masse
Perte de
poids
3- J'obtiens mon programme