Les fatigues dues à la musculation


La fatigue du muscle ainsi que des articulations est provoquée par l'entrainement. C’est un signe que le corps nous envoie pour nous dire qu’il est temps de s’arrêter. Les différentes fatigues sont musculaires, articulaires, nerveuses, de l’appareil respiratoire et de l’appareil circulatoire.


Le stress provoqué par l'entraînement provoque une fatigue du muscle, mais aussi d'autres organes ou systèmes du corps.

La fatigue est un signe, une information envoyée par le corps pour nous signaler qu'il a beaucoup travaillé, et qu'il a besoin de repos pour pouvoir accomplir de façon correcte ce qui lui est demandé. C'est donc le signal qu'utilise le corps pour nous dire de faire une pause. Malheureusement, pour progresser en musculation, il est essentiel de dépasser la fatigue, pour obliger le corps à se surpasser, et donc à progresser. Mais attention, ce n'est pas toujours possible, tout dépend de la capacité de récupération.

Voici un petit résumé des différentes fatigues que l'on peut rencontrer lors des entraînements de musculation :

Fatigue musculaire :



Elle a plusieurs sources :

- Diminution de l'énergie (glycogène et ATP) présente dans le muscle, qui n'arrive plus à disposer de suffisamment de puissance pour soulever des poids lourds ;

- Augmentation de la quantité de toxines dans le muscle (notamment de l'acide lactique), qui provoque la douloureuse sensation de brulure et empêche la traction musculaire ;

- Micro déchirures musculaires, dues à la tension et à l'étirement ;

Fatigue articulaire :



Lors de l'effort, les articulations sont compressées par la charge, les tendons et ligaments sont étirés par le mouvement et les tensions exercées par le poids. Ils sont de plus irrités par les toxines résultantes des contractions musculaires.

Tous ces facteurs cumulés produisent une fatigue articulaire importante. Il est impératif de faire attention à cette fatigue, car sans récupération suffisante, cette fatigue peut provoquer des blessures articulaires, tendinites, ..

Fatigue nerveuse :



Les nerfs en eux-mêmes ne se fatiguent pas, mais les centres nerveux qui les "coordonnent" subissent une diminution de la quantité de neurotransmetteurs chimiques (acétylcholine, dopamine, noradrénaline, etc). Cette réduction des médiateurs de l'influx nerveux rend celui-ci moins puissant, limitant du même coup son efficacité donc la qualité des contractions musculaires.

Ce type de fatigue se retrouve particulièrement sur les séries lourdes, ou les entrainements utilisant des techniques d'intensification : dégressif, rest-pause, ...

Fatigue de l'appareil respiratoire :



L'entraînement de musculation, bien qu'anaérobie, demande une grande quantité d'oxygène (entre les séries). Les muscles respiratoires, dont les poumons, doivent donc travailler pour fournir cet oxygène et éliminer le CO2. Ce travail supplémentaire représente une fatigue pour l'organisme.

Fatigue de l'appareil circulatoire :



Le transport de l'oxygène et du CO2, comme celui des nutriments nécessaires à la contraction et l'élimination des déchets, exige une circulation sanguine très active, donc une accélération du rythme cardiaque et une fatigue du coeur.

Un entrainement de musculation provoque donc une fatigue localisée due à l'exercice, mais aussi une fatigue plus globale de tout le corps.

Une bonne récupération doit permettre d'éliminer les effets de toutes ces fatigues et pas seulement de la fatigue musculaire. Par exemple, s'entraîner de nouveau alors que la fatigue articulaire n'est pas éliminée entraîne un risque de blessure (tendinite ...), s'entraîner sans une bonne récupération nerveuse ne permettra pas de soulever aussi lourd que d'habitude ...

Il faut donc apprendre à gérer ses récupérations et ses entrainements, pour progresser le plus vite possible.


On en parle sur le forum : Temps de repos et récupération  

Envie de progresser ?

TROUVE TON COACHING IDÉAL À L'AIDE DE NOTRE GÉNÉRATEUR :

Question 1
Je suis :