Anatomie et définition des pectoraux


Les pectoraux sont un groupe musculaire de la poitrine comprenant 2 muscles : le petit et le grand pectoral. Il s'agit des muscles les plus symboliques des pratiquants de la musculation. Pas de physique équilibré sans des pectoraux saillants

Voir le sommaire de ce dossier :

Anatomie des pectoraux

Les pectoraux forment un groupe musculaire synonyme de puissance et de force. Pour muscler les pectoraux, il est nécessaire de les connaître afin de les entraîner dans leurs fonctions et non en trichant avec d'autres muscles. Et donc pour éviter de tricher, il est préférable de bien connaître l'anatomie et la définition des pectoraux.

Connaître leur rôle, c'est connaître comment ils sont censés intervenir sur le corps au moment de leur contraction. Cela vous permettra par la suite de mieux comprendre tous les exercices et surtout de savoir comment améliorer les exercices pour les rendre le plus proche possible de la fonction naturelle des pectoraux. Car plus vous rapprocher de leur fonctionnement normal, et plus ils interviendront de manière efficace.

Pour ceux qui ont du mal à faire une bonne contraction volontaire pendant leurs mouvements, en visualisant le fonctionnement des pectoraux, cela pourra aussi vous aider.

Pour résumer, les grands pectoraux sont des muscles dont le rôle principal est le rapprochement du bras le long du corps (soit en adduction, soit en antépulsion).

Ceci est très généraliste, les mouvements induits pas les pectoraux seront différents en fonction du positionnement des bras ou du buste.

Les petits pectoraux sont très investis dans la respiration et la stabilisation des bras. Ces muscles assez anodins peuvent être responsables de grands désordres fonctionnels (posture voûtée, faiblesse du volume inspiratoire...). Donc même si on ne les voit pas (ils sont cachés sous les grands pectoraux), les petits pectoraux ont un rôle très important. Par exemple, en étant pas assez souple et trop raccourci, ils sont souvent responsables du dos vouté et de certaines douleurs aux épaules.

Même si l'aspect anatomique peut souvent paraître rébarbatif, il ne faut surtout pas le négliger si vous voulez conduire un entraînement sérieux.

Le grand pectoral

Le muscle grand pectoral est de forme triangulaire. Du point de vue anatomique, il s'étend du thorax à l'humérus (l’os du bras). Le grand pectoral appartient aux muscles moteurs de l'épaule, et il se divise en deux parties qui débutent au niveau du creux axillaire et se retrouvent sur pratiquement toute la face avant du thorax.

Le Grand Pectoral

La partie supérieure, également nommée ''claviculaire'', commence au niveau de la clavicule, c'est le « haut » des pectoraux. Sa partie inférieure, appelée ''sterno-costale'', est principalement fixée sur le sternum ainsi que sur les cartilages costaux, c'est le « bas » des pectoraux. Attention, même si il y a plusieurs parties il s'agit d'un seul muscle. En conséquence, même si on peut mettre l'accent sur l'une ou l'autre de ces parties, il n'est pas possible de l'isoler complètement.

La vascularisation de ce muscle est rendue possible grâce à l'artère thoraco-acromiale ainsi que l'artère thoracique latérale.

Le grand pectoral : sa fonction

Les fonctions du grand pectoral est de lever et abaisser les bras, de les croiser devant sa poitrine et de faire des rotations.

Sa fonction n'est donc absolument pas de pousser une charge devant soi. En fait, sur tous les exercices de développés, le pectoral va intervenir non pas pour pousser la charge, mais pour resserrer les bras. Et c'est ce resserrement des bras qui va au final les faire se tendre et donc qui va soulever la barre.

Pensez-y la prochaine fois que vous les travaillerez, n'essayez pas simplement de pousser la barre, mais essayez plutôt de rapprocher vos coudes l'un vers l'autre, c'est ainsi que vous aurez la meilleure contraction volontaire des pectoraux.

Les problèmes courants des grands pectoraux

Les anomalies fréquemment rencontrées sur ce muscles peuvent être :

  • Une contracture classique chez un cycliste, provoquant une sensation thoracique douloureuse, mais qui disparaît rapidement suite à une reprise d'une position normale sur la selle.


  • Une tendinite, peut également apparaître, pendant des séances trop poussées de musculation, voire même dans les cas les plus graves une désinsertion partielle du muscle.


  • Des douleurs au niveau du sternum : elles sont fréquentes sur les dips à cause d'un manque d'habitude et de souplesse.


  • Des douleurs sur les insertions des pectoraux au niveau des épaules : à cause d'une amplitude trop importante sur les exercices de développés, souvent liée à une mauvaise technique d'exécution du mouvement.

Le petit pectoral

C'est un muscle profond de la région antérieure et latérale de l'épaule ainsi que du thorax. Si c’est un muscle profond, ça veut dire que c’est un muscle « invisible ». Mais ce n’est pas pour ça qu’il faut le négliger !

Le Petit Pectoral

De forme aplatie et triangulaire, le petit pectoral appartient aux muscles moteurs de l'épaule. Il commence au niveau des 3ème, 4ème et 5ème côtes et finit à l'apophyse coracoïde, au niveau de l'omoplate.

Le petit pectoral : à quoi sert-il ?

Son rôle va être différent selon l’exercice :

  • Si le point fixe est au niveau costal (c’est à dire que vos côtes restent fixes, sans bouger), ce muscle sert à abaisser l'épaule.


  • Par-contre, si le point fixe est la scapula (et donc que le bras est figé, comme par exemple sur les shrugs ou les bras sont tendus), il aide à élever les côtes et participe donc à l'inspiration. Ce muscle est utile dans tous les sports de lancer, ainsi qu'au tennis et au rugby.

Il a donc un double rôle : soit pour abaisser l’épaule, soit pour élever la cage thoracique. Donc même s’il est invisible, il est très loin de servir à rien ;-)

Les problèmes possibles avec le petit pectoral

Au vue de son implantation thoracique et de ses rôles, ce muscle est très souvent sollicité.

Les pathologies fréquentes sont les tendinites (inflammation du tendon due à une infection ou à un tendon trop souvent sollicité) et les bursites (inflammation de sortes de petits sacs qui se trouvent entre deux structures musculaires et squelettiques, au niveau des articulations, sans gravité la plupart du temps). Elles nécessitent simplement la mise au repos du muscle en question.

Mais à noter aussi qu’un petit pectoral trop raide pourra accentuer une posture voûtée, surtout si en plus vous faites un travail de bureau (donc que vous êtes penchés en avant toute la journée) et que votre entraînement du dos est déséquilibré (trop léger) par rapport à votre entraînement des pectoraux. Si vous êtes dans ce cas-là, essayez d’améliorer votre posture, d’améliorer votre entraînement, et utilisez régulièrement des étirements spécifiques pour le petit pectoral.

Blessures des pectoraux

La vie moderne engendre aussi des risques de blessures délocalisées (blessures sur d'autres muscles à cause des pectoraux), ce qui est de plus en plus fréquent, notamment à cause de problèmes de postures ou de déséquilibre musculaire.

La plupart du temps, les blessures sont dues à des erreurs à l'entraînement (mauvaise technique d'exécution des exercices, charge de travail trop lourde par rapport aux capacités du pratiquant, …) mais également à un manque de souplesse, d’échauffement ou de récupération.

Blessures pectoraux

Les blessures directes

Les blessures directes que l'on peut retrouver sur les pectoraux sont les mêmes que pour les autres muscles : tendinites, contractures, élongations, claquage, déchirure,

L'avantage, c'est que ce sont les blessures les plus faciles à éviter car il suffit de corriger son mouvement, sa technique d'exécution ou son échauffement pour les supprimer.

Les blessures induites par les pectoraux

Les pectoraux peuvent aussi provoquer des blessures, notamment aux muscles de la ceinture scapulaire. Cela arrive notamment à cause d'un déséquilibre musculaire avec des pectoraux trop forts et / ou trop raides qui ne sont pas compensés par des muscles du dos suffisamment puissant pour réussir à stabiliser l'articulation de l'épaule.

Avec un tel déséquilibre, à moyen terme vous risquez de vous blesser lors de vos exercices, mais aussi dans la vie courante en ayant des douleurs aux épaules ou des contractures au niveau du haut du dos ou des cervicales.

Pour les éviter, c'est là aussi assez simple : étirez vos pectoraux et entraînez-les, ni plus ni moins que les muscles du dos.

Mais ce n'est pas la seule possibilité. En effet, pour les plus jeunes dont le cartilage n'est pas totalement formé, le sternum peut subir des dommages sur certains exercices comme les dips.

Ce type de douleur sur les dips est assez fréquent. Si vous le rencontrez, faite une pause sur cet exercice pendant plusieurs semaines le temps que la douleur disparaisse. Ensuite, reprenez petit à petit en augmentant l'amplitude et le volume de travail peu à peu sur plusieurs semaines pour laisser à votre corps le temps de s'habituer.

Les erreurs de l'entraînement

La principale cause de blessures des pectoraux provient d'erreurs sur les exercices ciblant les muscles pectoraux. Des amplitudes importantes sans la souplesse correspondante, des charges trop importantes par rapport à la capacité des muscles accessoires, une technique … aléatoire sont les plus importantes sources de blessures des pectoraux.

Donc prenez le temps d'apprendre à faire les exercices correctement, laissez votre ego aux vestiaires pour ne pas chercher à soulever le plus lourd possible et cherchez surtout à travailler correctement vos pectoraux.

Si le lendemain de l'entraînement vous ressentez des courbatures sur les extrémités (donc sur la jonction épaule pectoraux au lieu de la sentir au milieu du muscle), c'est que vous mettrez trop de tensions / étirements sur votre articulation.


On en parle sur le forum : Anatomie Et Définition Des Pectoraux  



Envie d'en savoir plus ?

Pectoraux : à quoi ça sert ?

Pectoraux : à quoi ça sert ?

Définition et anatomie des pectoraux pour comprendre à quoi ils servent et comment les développer.

Lire

Envie de progresser ?

Nos coachings Fitzone Trainer sont là !

1- Je choisis mon sexe
Homme
Femme
2- Je choisis mon objectif
Prise de
masse
Perte de
poids
3- J'obtiens mon programme