La génétique a vraiment son importance ?


C’est un sujet qui revient régulièrement sur la table en musculation : la génétique. En effet, il semblerait que certains pratiquants aient des facilités à développer leur masse musculaire alors que d’autres malgré leurs efforts stagnent.

La réponse à ces écarts de performance serait-elle en grande partie la génétique ? Est-elle si importante et quelles différences elle peut faire ? On vous dit tout dans cet article.


genetique

La génétique qu’est-ce que c’est ?

Les gènes sont l'ensemble du code qui compose notre ADN, définissent ce que nous sommes et qui sont non modifiables. Ils sont héréditaires et reprennent donc une partie des caractéristiques physiques de nos deux géniteurs.

Ceux-ci sont des codes qui définissent notre taille, la couleur de nos cheveux de nos yeux, mais il existe également des gènes pour la souplesse, l’endurance la croissance musculaire …

Les morphotypes :

Tout d’abord en musculation on parle souvent de morphotypes
L'endomorphe aura une forte tendance à prendre du poids, mais principalement sous la forme de masse graisseuse, car le métabolisme de ce dernier est relativement lent.
L'ectomorphe aura beaucoup de difficultés à prendre du poids malgré de grosses quantités d'aliments ingérés. Son métabolisme est très rapide et il prend difficilement de la masse musculaire ou très lentement.
Le mésomorphe est de loin celui qui aura le plus de « facilités » en musculation. Son métabolisme est relativement rapide, ce qui permet une prise de muscle assez aisée et une prise de graisse relativement limitée.
On rappelle que cette théorie est sans fondement, ce ne sont que des indications, personne ne rentre complétement dans une seule case. Il ne faut donc pas s'en servir d'excuses pour expliquer un manque de progrès en musculation.

Le fait que vous soyez né avec un physique de « type ectomorphe » ne veut pas dire que vous ne pouvez pas obtenir un physique musclé, mais seulement que vous aurez plus de chemin à faire pour ce résultat qu’un pratiquant né mésomorphe.

Le physique de départ

Donc même si cette classification n’existe pas, on ne peut pas nier que certains un plus de facilité à prendre du gras ou à en perdre, et d’autre plus de facilité à prendre du muscle ou a pousser lourd. Je pense qu’on a tous déjà vu quelqu’un en salle qui sans jamais avoir fait de couché poussé une barre plus lourde que certains au boit de 1 an de pratique. Ou qui ont déjà un bon physique sans avoir jamais mis les pieds dans une salle.

Mais il faut savoir aussi que tout ça n’est pas toujours lié au physique affiché avant la muscu : il est possible d’avoir des facilités à prendre du muscle mais que ça se ne voit pas avant d’avoir débuté en musculation : tout simplement par manque de stimulation adéquate : pas assez de sport.

Donc le physique de départ, même s’il est souvent un indicateur, n’est pas le seul !

Les proportions du corps :

Nous avons tous entendu parler de l’homme de Vitruve imaginé par Léonard de Vinci…L’homme aux proportions parfaites !

Cela joue une importance au niveau visuel, car notre œil juge un physique en fonction de la symétrie du corps et notamment de ces proportions.

Pour le culturisme par exemple il vous sera plus avantageux d’avoir génétiquement le juste rapport entre vos membres. Par exemple, le rapport taille des jambes et de buste, celui des bras comparés aux jambes, le tour de taille idéal comparé au tour de buste, la largeur des épaules, etc.

La longueur des membres aura aussi son importance ! Un pratiquant avec des membres courts par exemple au niveau des bras tirera un meilleur profit du développé couché : comme sa course de barre sera plus courte, il pourra charger plus lourd et aura un risque de blessures plus faible.

De manière générale, plus une personne a des os courts, moins elle devra forcer pour déplacer une charge d’un point A à un point B.

Et donc à l’inverse, avec des bras longs, la course de barre sera plus grande, donc plus dure. La charge sera plus légère et le risque de blessure augmenté, comme expliqué dans notre vidéo sur l’amplitude au couché.

Et c’est pareil pour tous les segments :
De bonnes proportions dans les segments accentue les progrès et diminue le risque de blessure, ce qui à moyen / long terme accentue encore les progrès
De mauvaises proportion à l’inverse ralenti les progrès et accentue le risque de blessure, ce qui à pour effet de ralentir encore plus les progrès

L’autre effet est visuel : avoir une bonne carrure (clavicules longues) et un bassin étroit permet d’avoir très vite un aspect en V, même avec très peu de sport. A l’inverse, des clavicules courtes et un bassin plus large rendent bien plus difficile l’acquisition d’une bonne carrure et du fameux torse en V. Le 2° cas aura donc beaucoup plus de travail à fournir pour espérer obtenir le même rendu visuel.

Donc là on bien les impacts majeurs des proportions du corps, et donc de la génétique, car ici on parle de la taille des os, donc on ne peut pas les changer !

La solidité de l’ossature

Dans le même ordre d’idée, on peut parler de la solidité de votre squelette, et en ce sens je veux surtout parler de l’aspect épaisseur des os.

C’est tout simple et complètement mécanique : des os plus épais entrainent des articulations plus larges et donc les contraintes physiques qui vont s’y appliquer (soulever des poids) seront distribuées sur de plus grandes surfaces.

Les tensions mieux réparties deviennent plus faibles, et celui rend la récupération articulaire plus rapide tout en limitant le risque de blessure.

Et inversement là aussi si les os sont fin.

Et là encore, cela à un impact visuel immédiat. Pour avoir 20 cm de bras, le travail sera plus facile avec de gros os. Pour faire simple :
Si votre humerus mesure par exemple 20 cm de diamètre, il vous faudra ajouter 20 cm de muscle autour pour obtenir un bras de 40 cm de circonférence
Si votre humerus ne mesure que 15 cm, il vous faudra ajouter 5 cm de muscle en plus ! Ça peut faire une différence de plusieurs années de travail.

Les insertions musculaires :

Pour essayer de faire simple, c’est tout simplement l’endroit où va se fixer votre muscle sur l’articulation et cela va influencer la forme et le développement de votre muscle.

Si vous avez un biceps court par exemple, vous aurez un bras plus impressionnant en contraction, car le peak du biceps brachial sera plus important. Tandis qu’avec un biceps long votre bras paraitra plus massif bras tendus.

Des pecs larges seront aussi souvent plus impressionnant que des pecs courts, …

Symétrie :

Si le côté droit de vos abdos comporte 2 tablettes et que le côté gauche en compte trois par exemple, c’est le fruit de la génétique et vous pourrez faire autant d’abdos que vous voulez il ne va pas vous en pousser un de plus !
Si votre pectoral droit à un trou au niveau du sternum et que le gauche n’en a pas, c’est également la génétique qui le détermine.
En revanche un muscle moins développé qu’un autre ou un point faible peu se rattraper avec des exercices en unilatéral.

Distributions des fibres musculaires :

La génétique influence la distribution des fibres à contraction rapide et lente au sein de chaque groupe musculaire. Ainsi certaines personnes sont naturellement dotées de beaucoup de fibres musculaires de type-1 et seront donc naturellement bons dès qu’il s’agira d’endurance. D’autres, plus gâtés en fibres de type-2, auront tendance à être doués pour la force.

Cette distribution en fibres est majoritairement liée à la génétique, mais il est possible de l’influencer également en fonction du sport que vous pratiquez, notamment dans l’enfance et/ou sur le long terme.

Le taux de testostérone



L'un des facteurs génétiques les plus importants qui déclenche la croissance ou le déclin du tissu musculaire est celui qui régule la testostérone. Lorsque cette hormone diminue, la masse musculaire devient plus difficile à développer et une perte de tissu et de force peut en résulter. Les gènes qui régulent la testostérone ont un impact indirect sur les tissus musculaires.

Par exemple, les hommes ayant un taux de testostérone naturellement plus élevé que les femmes auront une capacité plus grande à développer leur masse musculaire. Ce qui signifie qu’à entrainement équivalent, l’homme sera toujours plus musclé que la femme.

Eh bien, c’est pareil si on compare deux hommes, celui qui sera né avec un taux de testostérone plus élevé aura plus de facilité à construire du muscle que celui qui a naturellement un taux de testostérone faible.

Les autres facteurs :

On pourrait lister les facteurs pendant des heures, comme par exemple le besoin et la qualité du sommeil (qui jouent sur la récupération), la sensibilité au gluten ou au lactose (qui jouent sur l’énergie et les blessures), …

Mais ces facteurs ont un avantage : on peut jouer dessus pour limiter leur impact négatif !

Conclusion et vidéo

Pour conclure : les gènes définissent presque entièrement le fonctionnement de votre corps, votre métabolisme, votre capacité de récupération, la densité de vos os, votre système digestif, le fonctionnement de vos hormones…

Autant vous dire qu’avoir une bonne génétique aide, mais il est très rare d’avoir une bonne génétique sur tous les critères de toute façon. De plus, certains facteurs sont modulables comme le métabolisme par exemple.

Ainsi qu’elle soit en votre faveur ou non, la génétique vous donnera un avantage, ou alors ralentira votre progression vers votre objectif. Mais le facteur primordial pour le développement de votre musculature sera, comme dans bien des domaines, votre motivation.
Les gènes ne déterminent pas la performance en elle-même, mais déterminent plutôt le potentiel maximal que vous pouvez atteindre. Donc si vous n’avez pas une bonne génétique pour la course à pied par exemple, cela ne veut pas dire que vous ne pourrez pas courir un marathon, seulement que vous avez peu de chance d’arriver premier.

Alors à moins d’avoir une maladie génétique rare et grave, il sera toujours possible d’avoir des gains musculaires en s’entrainant dur, en ayant une nutrition de qualité et une hygiène de vie saine.



Envie de progresser ?

Nos coachings Fitzone Trainer sont là !

1- Je choisis mon sexe
Homme
Femme
2- Je choisis mon objectif
Prise de
masse
Perte de
poids
3- J'obtiens mon programme