Les hommes avec plus de testo aiment les plats épicés !


Une étude bien de chez nous pour une fois, menée à l'Université de Grenoble, a constaté que les hommes avec des niveaux élevés de testostérone ont tendance à préférer la nourriture épicée. Décryptage !


Testostérone et plats épicés


Ainsi, les hommes qui préfèrent les aliments épicés ont tendance à avoir des niveaux plus élevés de testostérone que ceux qui préfèrent les aliments doux. Prêt à manger des piments au kilo ?



Cette étude publiée dans le journal « Physiology and Behaviour » a émit l’hypothèse que les hommes avec des niveaux élevés de testostérone ont tendance à aimer la nourriture plus épicée.

C'est la 1° étude du genre, pour laquelle une préférence comportementale pour la nourriture épicée a été liée à la testostérone endogène. Les chercheurs ont à l’origine pensé qu'il serait intéressant de relier les comportements qualifiés de « prise de risque » à un champ inexploré, ici le goût des aliments. Ce qui, je trouve, est une très bonne initiative.

L’étude : à voir ici.


L'étude, intitulée «Some like it hot», a fait participer 144 hommes âgés entre 18 et 44 ans à un repas avec comme plat de la purée de pommes de terre et leur a proposé de l’arroser de sauce pimentée (Tabasco) et de sel à leur convenance.

Leurs niveaux de testostérone ont été mesurés en amont du repas, à partir d'échantillons salivaires, puis ils ont été invités à se servir de la purée plus ou moins agrémentée de sauce ainsi que de sel selon leur préférence.

Tu aimes les piments, ton taux de testostérone est plus haut !



Les chercheurs ont attesté une corrélation claire entre une utilisation plus importante de sauce piquante et des niveaux plus élevés de testostérone dans les prélèvements salivaires. La quantité de sel utilisée, cependant, n’a eu aucun rapport avec les niveaux de testostérone salivaire.

Si on extrapole un peu, l'étude lie donc l’amour du piment chez l’homme à la dominance sociale, un comportement agressif et audacieux. Dans ce cas, cela s’applique à la prise de risque dans le goût d’un plat.

En effet, quand vous avez des niveaux élevés de testostérone, vous êtes plus susceptible de rechercher la stimulation, l’excitation, la reconnaissance d’autrui et l’adoration.
« Quel Homme ! Il mange super épicé ! oulalala qu’il est courageux ! » (Cette blague).

Notons que la préférence d'un homme pour la capsaïcine, un des composés qui rend les piments plus ou moins épicés, a déjà été liée à des comportements de dominance, agressif et d’audace au travers de maintes études.

A l'inverse, de plus faibles niveaux de testostérone ont été associés à la léthargie ou une humeur dépressive.

Remettons les pieds sur terre ...



Cela peut simplement être le fait de l’environnement social. En effet, dans notre culture, on associe souvent la nourriture épicée à la masculinité, par exemple, ou c'est peut-être du à la couleur du condiment. On a souvent établit que les hommes qui préféraient le rouge ont tendance à présenter des niveaux élevés de testostérone.

Un large éventail de facteurs, y compris génétiques, physiologiques, psychologiques et sociaux, influence le goût et la consommation d'aliments épicés. Il est donc très difficile d’établir la causalité.

Et notez bien : la corrélation ne correspond pas à la causalité.

Bien que la corrélation avec les niveaux de testostérone soit claire, le mécanisme derrière est encore inconnu.

La préférence pour les goûts épicés pourrait être entraînée soit par la physiologie, soit par des facteurs environnementaux. Il est donc possible que l'association culturelle de la consommation d’aliments épicés soit faite avec la force et le machisme chez les hommes.

Ajoutons une petite spéculation : je pense que le phénomène (la quantité de sauce pimentée arrosée sur la purée) aurait été encore plus fort si les hommes avaient été vu en train de se servir par d’autres, ou mieux, une femme.

En gros, c’est juste pour jouer les gros bras et faire le guerrier alors qu’au fond … vous n’êtes qu’un gros nounours qui a sans doute très mal à la langue et redoute le passage sur le trône à la suite de ce geste pimenté.

Alors demandez-vous au final, comment cela peut-il varier selon les différentes cultures ? Dans un pays où l’on mange extrêmement épicés, les gens ont-ils plus de testostérone ? Un Français, par exemple, peut avoir une approche différente pour les aliments épicés que les hommes d'Asie du sud-est ou du Mexique, par exemple.

En effet, relativement peu d’occidentaux ont acquis un goût pour les saveurs « chaudes » et fortes. Beaucoup voient le piment surtout comme une atteinte à leurs papilles gustatives qui entrave la jouissance des saveurs, jugées plus délicates dans la cuisine française classique et dans la gastronomie de la « vieille Europe ».

Enfin il n’y a pas eu de groupe contrôle qui nous aurait permis de tirer simplement une tolérance, plutôt qu’une préférence directe etc. Cette étude est bien fun au final, mais ne prouve pas grand-chose.

Quoi qu’il en soit, il est vrai que j’adore les piments et autres nourriture fortement épicés… Moi ? Macho ? Non …


On en parle sur le forum : Les Hommes Avec Plus De Testo Aiment Les Plats Épicés  

Envie de progresser ?

Nos coachings Fitzone Trainer sont là !

1- Je choisis mon sexe
Homme
Femme
2- Je choisis mon objectif
Prise de
masse
Perte de
poids
3- J'obtiens mon programme