Lactalis

Lactalis : peut-on leur faire confiance ?


De rebondissements en rebondissements, l’affaire Lactalis et son lait contaminé fait beaucoup parler d’elle. Chaque semaine, l’affaire se trouve aggravée par de nouvelles révélations. Retour sur une crise débutée en 2005 !


Qui est Lactalis ?


Anciennement Besnier, Lactalis est une entreprise française de l’agroalimentaire. C’est le premier groupe mondial de transformation du fromage et le deuxième groupe de l’industrie agroalimentaire française derrière Danone. Lactalis est ainsi présente dans 43 pays et commercialise ses produits dans plus de 150 pays.

De nombreuses affaires dans les années 2000


Lactalis produits laitiers



Depuis plusieurs années, l’entreprise est la cible de nombreuses critiques venues des agriculteurs de la filière du lait qui lui reprochent d’acheter le lait à un prix beaucoup trop bas. Pour Lactalis, c’est la cause d’une « crise de surproduction laitière ».

  • En 2000 déjà, le groupe a été condamné pour fraude sur le lait et publicité mensongère car il pratiquait alors le « mouillage » du lait de consommation, pratique qui consiste à rajouter systématiquement de l’eau au produit.

  • En 2008, Galbani, qui appartient au groupe Lactalis, a été accusé de recycler des fromages périmés et de les mettre en vente. Cette pratique aurait permis de générer 10 millions d’euros de chiffre d’affaire.

  • En 2012, le groupe a été accusé de vendre du lait stérilisé UHT pour du lait frais pasteurisé, au prix bien évidemment plus élevé. La fraude a été découverte en 2010 mais le parquet de rennes n’a cependant pas donné suite au rapport. La même année, l’usine de craon provoque une pollution de la rivière d’Oudon et est condamnée par la Cour d’appel d’Angers à 30000 euros d’amende et 3000 euros pour avoir prévenu les autorités après plus de 24 heures.

  • En 2015, Lactalis est condamnée dans l’affaire du « cartel du yaourt » pour une entente illicite sur les prix et les appels d’offre sur les produits laitiers frais et doit payer une amende de 56 millions d’euros.

  • En 2016, une campagne de boycott est lancée par Nicolas Dupont Aignan qui « appelle les français à boycotter ces produits car le géant ne publie pas ses comptes, fait des bénéfices extravagants et que pendant ce temps nos agriculteurs sont en train de mourir ». Le journaliste Périco Légasse rajoute que « Lactalis paye le litre de lait 25 centimes d’euro aux éleveurs, soit 14 centimes en dessous du prix de revient. Les paysans produisent à perte, en crèvent par milliers, parfois se suicident de désespoir, mais Lactalis reste intraitable » et dénonce ce système dans lequel les transformateurs baissent les prix auprès des agriculteurs afin de garantir leur marge financière. 

  • En Janvier 2018, un journal en ligne révèle que le groupe réduit son taux d’imposition grâce à une filière au Luxembourg. Lactalis refuse encore de publier ses comptes.


 

La nouvelle affaire


Lactalis : contamination salmonelle



En 2005, juste avant son rachat par le groupe français, le site de production de Craon, en Mayenne, avait déjà subi une contamination par la salmonelle, selon un rapport des autorités sanitaires. 
Le 8 décembre 2017, Lactalis a décidé d'arrêter le site de Craon « pour un audit drastique et complet ». À cette date, la société procède à un premier rappel de boîte de lait pour bébé, limité à 12 lots. Des rappels plus importants se suivent. Le 10 décembre, les autorités imposent d'interdire à la vente plus de 620 lots de lait pour bébé. Le 21 décembre ce sont 720 lots supplémentaires qui sont concernés. Le groupe explique que cette décision fait suite aux résultats de ses investigations : « une contamination dispersée s'est installée dans notre usine de Craon suite à des travaux réalisés courant premier semestre 2017 ».
Lactalis est sous le coup d'une enquête préliminaire du parquet de Paris depuis le 22 décembre, qui fait suite aux plaintes de familles et aux analyses des services de l'État dans l'usine de Craon. Le pôle santé publique du parquet de Paris a ouvert une enquête pour « blessures involontaires », « mise en danger de la vie d’autrui » et « tromperie aggravée ».
Dans la foulée de ces dernières révélations, l’Etat a imposé le retrait de toutes les boites de lait infantile.
Des parents ont déposé une plainte le 24 janvier auprès du Tribunal de Grande Instance de Paris pour « administration de substances nuisibles » sur un mineur de moins de 15 ans.

La transparence de lactalis est remise en cause


Lactalis transparence



La désinvolture du groupe au début de la crise a provoqué la colère de l’Etat ... Le groupe assure de son côté avoir mis « tout en œuvre » pour informer les familles et accompagner les enseignes dans le retrait de produits. Le groupe reconnait n’avoir jamais connu d’évènement de cette nature et présente enfin ses excuses après plusieurs semaines.
Emmanuel Besnier le PDG du groupe Lactalis présente aussi ses excuses dans une lettre ouverte, publiée sur le site du groupe : « Toute l'entreprise, moi le premier, sommes mobilisés vers un objectif commun : réparer et améliorer ce qui doit nécessairement l'être et restaurer la confiance entre vous et nous. Cette confiance, nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour la rétablir : le chemin sera long mais nous y parviendrons, j'en suis persuadé ».
On apprend depuis que le fabricant de lait infantile n'a pas transmis les résultats d'autocontrôles positifs à la salmonelle de son usine de Craon, lors des inspections menées ces dernières années par les services sanitaires.
L’association foodwatch porte plainte pour « la gestion particulièrement défaillante » de la crise provoquée par la découverte de salmonelle dans des laits infantiles produits par Lactalis. De plus, sept familles se sont associées à cette action en justice. Au total, au moins une douzaine de plaintes sont sur le bureau du pôle santé publique du parquet de Paris. Et selon les dernières informations, ce serait 30 nouvelles familles qui porteraient plainte pour « mise en danger de la vie d’autrui » et « blessures involontaires ».
Début février 2018, les autorités ont constaté que l’épidémie a touché 37 nourrissons en France, un en Espagne et un autre probablement en Grèce.
Il sera très difficile de refaire confiance au groupe après une telle crise. Ce qui est à déplorer, c’est le manque de réactivité, de transparence et de communication dès le début de cette affaire et depuis plusieurs années.

Et les compléments alimentaires ?


Lactalis et les compléments alimentaires



La question qui se pose maintenant est de savoir si l'on peut aussi faire confiance au groupe Lactalis pour fournir une matière première de qualité pour nos compléments alimentaires ? En effet, s’il y a des risques de contamination pour le lait pour bébé, il pourrait très bien y en avoir un pour la whey ! Enormément de marques sur le marché se fournissent chez Lactalis et une marque comme EAFIT par exemple nous a confirmé refuser de travailler avec le groupe et ce, depuis des années, pour des raisons de confiance ! Mais heureusement aucun problème sur les compléments alimentaire pour la musculation n'est à noter à ce jour !

Néanmoins, nous avons quand même fait le choix de nous fournir chez d'autres fabricants de poudre pour la gamme AM Nutrition !


On en parle sur le forum : Lactalis : peut-on leur faire confiance ?