L'alcool et la prise de graisse


L'alcool n'est que difficilement converti en acides gras par le corps. En conséquence une très faible partie des calories apportées par l'alcool pourront être stockée sous forme de graisse. L'alcool en lui-même n'est donc pas responsable d'une prise de gras.


Regardons rapidement comment les nutriments sont stockés et brûlés après un repas complet.

1. Les glucides et les protéines stoppent l'oxydation des graisses en élevant l'insuline. Cependant, ces macronutriments ne vont pas contribuer eux-même, de manière significative, à la synthèse de gras.

2. Lorsque l'oxydation des graisses est supprimée, le gras alimentaire est stockée dans les adipocytes.

3. Les heures passant, l'insuline baisse et le gras est libéré des adipocytes. Le stockage du gras est un processus continu et les acides sont constamment en train d'entrée et sortir des adipocytes. Le gain ou la perte est plus ou moins dicté par les calories entrant et sortant.

Si nous balançons de l'alcool dans tout ça il devient la priorité numéro une (http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/11115785) dans la hiérarchie des substrats énergétiques : l'alcool inhibe l'oxydation des graisses mais également l'oxydation des glucides et des protéines (http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/3280601).

Ceci est parfaitement cohérent dans la mesure où l'acétate est toxique, sa métabolisation est prioritaire devant tout le reste. Cette citation résume bien le devenir de l'alcool :

«L'éthanol est converti par le foie en acétate et une fraction inconnue est alors activée en acétyl-COA mais seulement une petite portion est convertie en acides gras.»

La majorité de l'acétate est larguée dans la circulation sanguine où les tissus périphériques en sont affectés : le largage des acides gras non estérifiés par les adipocytes diminue et les acétates remplacent les lipides dans le bouillon énergétique.

— Hellerstein MK, et al (1999) (http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/10539756).

L'acétate en lui même est un très mauvais précurseur de la synthèse de gras. Pour faire simple, aucun chemin métabolique permet de faire du gras à partir de l'alcool de manière significative. Les études sur la synthèse de gras après une consommation d'alcool n'existent pas chez les humains mais Hellerstein (la citation précédente) a estimé qu'après une consommation d'alcool, la lipogénèse est d'environ 3%. Cela veux dire que dans les 24g d'alcool consommé à travers son étude 0,8g de graisse a été synthétisé par le foie.

L'effet de l'alcool sur le stockage des graisses est donc similaire aux glucides et par suppression de l'oxydation des graisses, il devient plus facile de stocker du gras alimentaire. Cependant, alors que la conversion des glucides en gras peut se faire une fois les réserves de glycogènes saturés, cela devient moins probable par la consommation d'alcool.

Article © Martin Berkhan
Article original : The truth about Alcohol, Fat Loss and muscle Growth
Traduction autorisée : Sébastien, pour All-musculation.com


On en parle sur le forum : Alcool, sèche et musculation  

Envie de progresser ?

TROUVE TON COACHING IDÉAL À L'AIDE DE NOTRE GÉNÉRATEUR :

Question 1
Je suis :