Explication du mécanisme physiologique


La privation de glucides amène le corps à utiliser les graisses (corporelles tout comme celles issues de l'alimentation) en tant que source d'énergie principale. C'est la cétose. Ce mode de fonctionnement du métabolisme est analogue à celui des périodes de jeûne prolongé. Comme avec tout autre régime, si la diète est hypocalorique, il y a risque de fonte musculaire. En revanche, si les apports caloriques restent suffisamment élevés, aucune perte de masse maigre ne devrait se produire.


En excluant la majeure partie des hydrates de carbone de votre diète quotidienne, des modifications métaboliques très intéressantes vont se produire en suivant une diète cétogène.

Tentons d'expliquer le mécanisme physiologique d'une diète cétogène. L'idée est la suivante : les muscles et certains organes (le foie principalement) stockent du glycogène (le glycogène est la forme sous laquelle les glucides sont stockés dans les organes). On peut voir cela comme des réserves de carburant à fort rendement énergétique, et très rapidement exploitables en cas d'effort. En cas de déplétion du glycogène, c'est-à-dire si ces réserves viennent à être épuisées, le corps va être forcé de trouver une ressource d'énergie alternative. Et nous disposons d'une formidable réserve d'énergie ; les graisses ! L'objectif est donc de réussir à entrer en état de cétose, pour utiliser ces graisses, qui sinon, ne sont que rarement utilisées comme énergie. Comment y arriver ?

Lorsque l'on continue à s'entraîner alors que les réserves en glycogène sont épuisées, il n'y a plus d'autres sources d'énergie que les graisses qui ont été stockées dans les tissus adipeux et les acides aminés contenus dans les muscles. Il est bien évident qu'il faut éviter de recourir aux acides aminés pour fournir l'énergie (cela entraînerait une fonte musculaire), et privilégier l'utilisation des acides gras comme combustible énergétique (lipolyse).

La lipolyse et la cétose :



Mais la lipolyse n'est pas un phénomène facile à déclencher. En effet, les muscles choisissent prioritairement leur source d'énergie selon la quantité d'oxygène que celle-ci contient, car l'effort intensif est consommateur d'oxygène. Si le glycogène apparaît comme le carburant immédiat du muscle, c'est justement parce qu'il contient plus d'oxygène que les acides gras.



Or, en l'absence de glycogène, la dégradation des lipides va s'enclencher, mais elle nécessite une série de transformations physiologiques relativement complexes. La principale est la cétogenèse : le foie va produire des corps cétoniques à partir des acides gras. Ces corps cétoniques sont destinés à fournir de l'énergie au cerveau et aux muscles malgré un jeûne prolongé, et donc à maintenir la survie en l'absence de nourriture. Il en va de même lors de périodes de forte restriction en hydrates de carbone qui nous intéressent ici : le même processus est déclenché.

Il est donc clair que le maintient en état de cétose permet d'activer la lipolyse, et favorise la sèche : idéal pour le bodybuilder en période de pré-compétition.


On en parle sur le forum : Les diètes cétogènes  

Envie de progresser ?

Nos coachings Fitzone Trainer sont là !

1- Je choisis mon sexe
Homme
Femme
2- Je choisis mon objectif
Prise de
masse
Perte de
poids
3- J'obtiens mon programme