Les certifications des compléments alimentaires : HACCP, ISO 22000 et GMP


La certification des produits est importante pour s'assurer de la qualité du processus de fabrication, pour limiter les risques sanitaires mais aussi pour être certain que le produit est toujours le même quel que soit le lieu ou le moment de fabrication.


Certifications des compléments  alimentaires

Dans tous les domaines, que ce soit pour le fournisseur de matière première ou le fabricant, atteindre ces certifications est une façon de montrer aux consommateurs ou clients directs qu'ils ont pris les mesures nécessaires pour assurer que le produit et / ou l'installation a satisfait aux exigences de critères spécifiques.

Dans l'industrie des compléments alimentaires, les certifications sont plus importantes que jamais, du fait que la sécurité est la pureté des suppléments.

Attention, tout au long de l'article il ne faut pas confondre la qualité du processus de fabrication avec la qualité intrinsèque du produit. Un produit peut avoir un processus de fabrication de qualité parfaite, tout en ayant une composition qu'on pourrait juger de mauvaise qualité (exemple : un gainer certifié GMP mais avec 90% de glucides), ou des ingrédients de moins bonne qualité (exemple : une whey fromagère au lieu d'une whey native non dénaturée).

Ce sont plusieurs « types » de qualité indépendant mais complémentaires.

Pas envie de tout lire ? Voici un résumé !

Pour un distributeur, faire certifier ses procédés de fabrication permet de garantir aux consommateurs que les compléments alimentaires vendus disposent d'une qualité garantie, continue dans le temps, et sans danger pour la santé.

- HACCP : Hazard Analysis Critical Control Point : c'est une démarche de contrôle de la fabrication à chaque étape critique, pour plus de maîtrise du processus global. C'est la base de la gestion de la sécurité.

- ISO 22 000 : HACCP + Une garantie que les procédés de fabrication sont les mêmes partout dans le monde pour ce même produit + une plus grande implication des acteurs directs et indirects du processus de fabrication + une plus grande communication entre tous ces acteurs.

- GMP : HACCP pour les process de fabrication, mais aussi une garantie sur le choix de la composition des produits : sans danger pour la santé (et terme de dosage et d’ingrédients), pas de contamination, conformité à l'étiquette, …

- FSSC 22 000 : Food Safety System Certification 22 000 : ce protocole créé par la Foundation for Food Safety Certification (aussi propriétaire de l'HACC) à pour but d'étendre et de compléter l'ISO 22 000 ;

Et malheureusement, la certification n'est pas obligatoire, et comme elle a un coût important, de nombreux fabricants ne demandent aucune certification de leurs produits ou de leurs usines.

Présentation des certifications HACCP, ISO 22000 et GMP

Les certifications

Les certifications sont essentielles pour préserver la réputation de l'industrie, la qualité d'un produit mais surtout pour séparer les entreprises qui se sont engagées dans un travail de haute qualité de celles qui ne le font pas.

Sur un marché réglementé, les certifications sont une confirmation, généralement fournie par un examen externe, qu'un produit et / ou une organisation suivent des critères spécifiques et respectent les règles établies.

Il est indispensable de choisir un produit certifié / labellisé pour s’assurer que ce dernier est de qualité et qu'il est produit avec sécurité selon un système uniformisé / standardisé qui ne laisse aucune place à l’erreur.

Dans le meilleur des cas, avec un produit NON-certifié, il sera peut-être inefficace et dans le pire, il vous vaudra un aller simple aux urgences et six pieds sous terre. Mais attention : ce n'est pas forcément parce que l'entreprise n'a pas fait la démarche de la certification que sa production n'est pas de qualité. C'est juste qu'elle ne peut pas en apporter la preuve.

Il existe une pléthore de certifications pour les entreprises, certaines certifications sont des normes générales de l'industrie (ISO) et certains sont pratiquées lors de l'examen de la gamme de produits d'une entreprise (type antidopage).

Mais il en ressort trois certifications principales utilisées par les fabricants et vendeurs de compléments alimentaires : le HACCP, l’ISO 22000 et la GMP / BPF.

Ensuite, il en existe d'autres qui peuvent différencier une entreprise de ses concurrents, en plus d'aider à mieux servir les clients actuels, tout en créant des opportunités avec de nouveaux clients : Bio, Hallal, Vegan, Gluten Free, NF etc.

ATTENTION ! EXIGEZ LES CERTIFICATIONS !

Un fabricant ou fournisseur de compléments alimentaires peut dire tout et n’importe quoi dans le but de vendre son produits, et cela n’échappe pas aux allégations sanitaires / qualités.

Ceci par le biais de la publicité et du marketing, quelque chose que nous retrouvons couramment dans le milieu de l’alimentaire et des compléments sportifs.

Vous êtes sans doute déjà tombé sur une boite de booster ou de protéine d’une grande marque de compléments alimentaires qui promet monts et merveille ainsi que les meilleurs processus d’élaboration et la meilleure qualité possible (en gros : quasiment tous les produits promettent ça).

SAUF QUE, sans certification et vérification effectuées par un tiers indépendant, il est impossible de vérifier cela.

Il vous faut rechercher sur l’emballage ou sur le site internet, demander directement au fournisseur (mails / téléphone) ses certifications effectuées par un tiers indépendant. Cela est très très important si vous voulez vous assurer un produit un minimum efficace et sûr (exemple de certificat en ligne : http://www.avellanos.cl/imagenes/Certificado BV.jpg ). Toutes les sociétés sérieuses devraient pouvoir vous les fournir.

HACCP : Analyse du danger et maitrise des points critiques

Créée dans les années 60, par la société Pillsbury et la NASA afin de garantir la sécurité des aliments des astronautes, la méthode HACCP (Hazard Analysis Critical Control Point) a depuis été reprise par les instances internationales chargées de la sécurité des aliments, telles que la FAO et l'OMS.

Le principe de base est que le processus de fabrication alimentaire est d'analyser les risques identifiés, et de mettre en place des points de contrôle aux endroits critiques pour atténuer ces risques. Exemples d'étapes critiques : la réception des produits, la manipulation par un humain, ...

HACCP peut être appliqué à tous les stades de la chaîne d'approvisionnement alimentaire, des processus de production et de préparation, à l'emballage et la distribution. L’HACCP est en principe le système de qualité et de sécurité sanitaire des aliments. C’est une démarche méthodique qui consiste à maitriser les dangers :

- Chimiques

- Physiques

- Microbiologiques

L’objectif de l’HACCP est de garantir la qualité des aliments et par voie de conséquence la sécurité des consommateurs. Dans une démarche HACCP, on observe quatre étapes :

- L’analyse des dangers ;

- La maîtrise des points critiques ;

- La surveillance des conditions d’exécution ;

- L’évaluation de l’efficacité.

Grâce à son efficacité, l'HACCP s'est retrouvée intégrée plus ou moins profondément dans la législation et la réglementation de nombreux pays. L’HACCP est un référentiel qui s'est développé à côté des États et des administrations qui l'ont ensuite adopté. Ce n’est pas une norme au sens Français du terme mais elle est désormais imposée par les différents règlements des autorités Européennes pour l'hygiène des aliments.

La démarche HACCP s’applique à toute organisation impliquée directement ou indirectement dans l'industrie de la chaîne alimentaire et pharmaceutique, tels que : les fermes, les laiteries, les transformateurs de viande, les fabricants de pain, les fournisseurs de services alimentaires tels que les restaurants et les hôpitaux, et les fabricants de médicaments avec ou sans ordonnance des médicaments etc …

La réglementation incite les industriels à mettre en place l'HACCP, et, suite aux crises alimentaires, les consommateurs demandent une garantie concernant les dangers liés aux aliments. Les industriels ont donc cherché à faire certifier leur système HACCP à l'instar de l'ISO 9000 pour leur système qualité.

Bien que de nombreuses personnes n'y prêtent pas l'attention nécessaire, l'HACCP est directement intégrée à la réglementation, tant Française que Nationale.

En Europe, la Directive CEE 93/43 de 1993 relative à l'hygiène des aliments demande aux professionnels de s'appuyer sur les principes de l'HACCP pour identifier les risques déterminants pour la sécurité des consommateurs et établir des procédures pour les maîtriser.

Mais l'HACCP n'est pas une norme et n'est donc pas certifiable. C'est pour cette raison que plusieurs pays et plusieurs organisations ont décidé de créer leur propre référentiel certifiable : norme danoise DS 3027, certificat hollandais CCvD­HACCP BRC, référentiel des distributeurs anglo­saxons IFS, référentiel des distributeurs franco-­allemenads SQF (Safe Quality Food), référentiel américano­australien …



Ainsi, un professionnel peut faire certifier son système de gestion de la sécurité des aliments basé sur l'application des principes de l'HACCP, mais l'HACCP, n'est pas une norme certifiable « stricto senso ».

Les normes ISO ?

Les Normes internationales de l’ISO sont un gage de confiance envers les produits et les boissons que nous consommons, car elles veillent à ce que les procédés pour assurer la qualité, la sécurité sanitaire des aliments et l’efficacité soient les mêmes partout dans le monde.

ISO est un ensemble de normes internationales pour les fabricants de tout et n’importe quoi - des crayons, des produits chimiques, des ordinateurs, des aliments, etc. – et dont les entreprises peuvent obtenir la certification, si elles fournissent la documentation requise.

La Certification ISO est très générale et n’est pas assez spécifique pour les compléments alimentaires. Donc, elle ne couvre pas certaines des caractéristiques de sécurités liés aux cGMP ou HACCP.

La certification ISO de base a peu de valeur pour les compléments alimentaires, mais les entreprises qui sont certifiées ISO peuvent utiliser cette marque sur leurs produits.

ISO 22000 : un cas à part

L'ISO 22000 est une norme internationale relative à la sécurité des produits alimentaires qui regroupe à la fois l’application de la méthode HACCP et la norme ISO 9001, et qui les renforce (au niveau de la communication, de la gestion des dangers, ...)

La norme internationale ISO 22000 vise à harmoniser les exigences en matière de management de la sécurité des aliments pour tous les acteurs de la filière agroalimentaire. Elle intègre les principes du système d’analyse des dangers et des points critiques pour leur maîtrise (HACCP). La certification ISO 22000 vient garantir votre maîtrise des dangers liés à la sécurité des aliments.

Ceci garantit la sécurité sanitaire de l’ensemble des activités depuis la conception jusqu’à l’expédition des compléments alimentaires.

C’est donc une norme très importante sur la qualité du laboratoire qui la possède. L'ISO 22000 s'adresse à tous les types d'organismes directement ou indirectement impliqués dans la chaîne alimentaire :

- Les producteurs agricoles ; les producteurs d'aliments primaires les organismes de transformation des aliments ; les grossistes ; les détaillants etc...

- Les producteurs de pesticides, fertilisants, médicaments vétérinaires ; les organismes chargés du transport et du stockage les fabricants d'équipement, de matériaux d'emballage, de produits de nettoyage ; les prestataires de service: nettoyage­ désinfection... etc

Dans la chaîne alimentaire, un maillon faible peut tout compromettre. C'est pourquoi l'ISO 22000 s'applique à tous les organismes qui sont impliqués dans un aspect de la chaîne alimentaire et qui veulent mettre en œuvre un système permettant de fournir en permanence des produits sûrs.

Certification GMPs / BPF

GMP est une exigence si votre complément alimentaire est vendu aux États-Unis, c'est un concept régulé par la FDA (la Food and Drug Administration). Par conséquent, avoir une certification GMP est un minimum pour les États-Unis et cela peut se rapprocher des BPF en France.

Établies par des États ou la Commission européenne dans le cadre du développement des "démarches qualité", les BPF sont la traduction française de Good Manufacturing Practice (GMP) et s'appliquent à la fabrication de médicaments à usage humain ou vétérinaire.

Cette certification permet également au consommateur d’être certain du respect de la méthode HACCP et que ce dernier est vérifié par un organisme indépendant et non par le fabricant en lui-même.

Cela prouve que le produit répond aux spécifications définitives, mais aussi qu’il a été obtenu par les mêmes méthodes et dans les mêmes conditions chaque fois qu’il est fabriqué.

Cela s’applique aux sociétés pharmaceutiques et médicales, ainsi que pour la production alimentaire pour évaluer et aider les entreprises à mettre en œuvre les bonnes pratiques de fabrication et d'exploitation afin d’assurer la qualité du produit, la sécurité et l'aptitude à sa consommation.

Ces règlements, qui ont force de loi, exigent que les fabricants, les transformateurs et les distributeurs de médicaments et de produits alimentaires prennent des mesures pour s’assurer que leurs produits sont sûrs, purs, et efficaces.

Les directives GMP – BPF nécessitent une approche à la fabrication, permettant aux entreprises de minimiser ou d’éliminer les cas de contamination et les erreurs. Ce qui à son tour, protège le consommateur d’un produit qui n’est pas efficace ou même dangereux.

Pour obtenir la certification BPF, il faut tout d’abord respecter les principes HACCP et les directives européennes. Viennent s’ajouter les normes nationales, donc propres à chaque pays.

Les Bonnes Pratiques de Fabrication (BPF) se réfèrent à l'établissement de procédures de fabrication, la documentation et le suivi de ces procédures, la formation des opérateurs à suivre ces procédures et processus pour une enquête et les mesures correctives suivant des écarts par rapport à ces procédures.

Pour obtenir la certification, les entreprises doivent passer un ensemble rigoureux et approfondi d’inspections par un vérificateur tiers. Les points d’inspections comprennent:

- Propreté et assainissement des installations ;

- Qualification et formation du personnel ;

- L'entretien des installations et machines ;

- Contrôle qualité ;

- Processus de production et de contrôle ;

- Stockage et distribution.

Le but est de s’assurer que les produits sont fabriqués en toute sécurité et que la qualité est assurée.

GMP est destinée également à rassurer les consommateurs sur le fait que les compléments alimentaires ne contiennent pas des ingrédients avec des concentrations dangereusement élevées, ne seront pas contaminés par des substances (telles que des toxines, des bactéries, ses pesticides, du plomb, ou d'autres matériaux lourds) et que les laboratoires ne feront pas de déclarations inexactes sur l’étiquette, ou n’auront pas d'allégations trompeuses.

Le défaut des entreprises à se conformer aux réglementations GMP-BPF peuvent entraîner des conséquences très graves, y compris le rappel, la saisie, des amendes et des peines d'emprisonnement.

Toutefois, la législation américaine exige la certification obligatoire des installations de fabrication selon les normes GMP seulement aux fabricants de produits pharmaceutiques. La certification GMP pour la production de compléments alimentaires est volontaire, et donc non obligatoire !

Attention aux Etats-Unis, la commercialisation d’un complément alimentaire ne fonctionne pas comme en France. La FDA, accepte quasiment tous les dossiers de commercialisation et la marque peut afficher toutes les allégations qu’elle souhaite. On laisse le marché faire et ce seront les clients qui pourront porter plainte par la suite si un problème de qualité survient ou si un scientifique prouve que les promesses du produit sont fausses. Bizarre…

En France pour pouvoir commercialiser un complément alimentaire et alléguer sur ses effets, le laboratoire doit auparavant, soit respecter le règlement de décembre 2012 sur la liste des allégations autorisées soit prouver par un lourd dossier scientifique à agréer par la commission européenne, les allégations qu’il indique.

Deux méthodes radicalement opposées.

Je vous laisse deviner laquelle protège le mieux le consommateur final ;-)

Encore plus de certifications ?

Les certifications Halal, Casher, Bio, Gluten free, garantie sans OGM etc… communiquent aux consommateurs qu'un produit particulier est conforme à certaines pratiques d'approvisionnement de matériel et de fabrication appropriées conformément à leurs religion, choix de vie ou de santé.

On peut également retrouver des certifications concernant les méthodes spécifiques de process ou d’origine du produit (ex : origine France garantie).

Ceci peut impliquer un coût substantiellement supérieur, par exemple dans le cas d’un produit bio, ou non, dans le cas d’une certification Vegan / Hallal / etc. C’est ainsi tout à chacun de décider si oui ou non l’investissement lui sera profitable et si cela correspond à ses objectifs.

Enfin, d’autres normes ISO peuvent être intéressantes à rechercher dans le cadre de l’achat de compléments alimentaires. On peut citer en exemple la norme ISO 14644 qui s’applique aux laboratoires et établit la classification des niveaux de propreté des surfaces solides par la concentration de particules (applicables aux salles propres et aux environnements maîtrisés apparentés).

D’autres normes relatives aux essais et aux méthodes de mesurage, de production, de qualité, de traçabilité ainsi que d’informations au consommateur peuvent également être recherchés.

Conclusion sur les certifications

Se conformer à tous les règlements et certifications est un processus long et très coûteux qui commence par la vérification à l'achat de matières premières, et se termine avec l'emballage des produits finis qui demandent un examen approfondi.

Seuls les entreprises leader de l’industrie des compléments alimentaires ont la possibilité de financer ces dépenses supplémentaires pour les diverses certifications afin de garantir la plus haute qualité à leurs clients.

C’est la raison pour laquelle les gammes de suppléments alimentaires provenant de différents fabricants peuvent avoir de grands écarts de prix : les certifications ont un coût, de même que leurs mises en place !

Envie de plus d'infos ?

- Interprétation de la norme de certification du système de management de la sécurité des denrées alimentaires FSSC 22000

- Charte de qualité et Référentien Qualité relatifs aux compléments alimentaires (Juin 2013)

- Législation du complément alimentaire et étude des compositions de deux types de compléments alimentaires

- Analyse selon GMP - entre l’alimentaire et le pharmaceutique

- Food Safety and Quality System

- La nouvelle réglementation européenne relative à l’hygiène des aliments : « Paquet Hygiène »

- Commentaires sur la norme HACCP

- Hazard Analysis Critical Control Point (HACCP)

- Fabrication et transformation de matériaux et d'emballages destinés au contact des aliments : respect des règles d'hygiène

Vidéo : Visite d'une usine de fabrication

Pour aller encore plus loin dans l'explication des certifications, nous avons visité une usine française de fabrication de compléments alimentaires. C'est l'usine qui fabrique entre autre les produits de notre gamme BodyBuilding Nation, mais également la gamme Secret Fitness de Fitness Boutique. Vous verrez ainsi comment sont conditionnés les produits et que la qualité est présente tout au long de la chaîne de fabrication.

Visite d'une Usine de fabrication de protéines française


On en parle sur le forum : C'est Quoi La Qualité Des Produits ?  

Envie de progresser ?

Nos coachings Fitzone Trainer sont là !

1- Je choisis mon sexe
Homme
Femme
2- Je choisis mon objectif
Prise de
masse
Perte de
poids
3- J'obtiens mon programme