Des produits avec 50% de protéines en moins qu'annoncé ?


Soyez un consommateur avisé. La prochaine fois que vous achèterez votre pot de protéines, lisez l'étiquette et vérifiez la qualité de votre produit !


Scandale des protéines en poudre

Et oui ! Encore un ! Encore un nouveau scandale qui éclabousse le monde des suppléments et notamment celui des protéines en poudre … fait très commun ces derniers temps et qui va sûrement continuer pour un bout de temps encore ...

En effet, selon le magazine Forbes (où vous pouvez consulter cet article au titre explicite :

« Lawsuits Say Protein Powders Lack Protein, Ripping Off Athletes ») de plus en plus de sociétés qui vendent des suppléments nutritionnels sont accusées de fabriquer des produits sous dosés en protéines ou subissant le principe de « spiking » et ainsi de tromper ouvertement les consommateurs !

Des suppléments qui contiendrait moins de protéines, parfois plus de la moitié, constitués en partie avec des acides aminés moins chers et inutiles !

Qu’est-ce que le « spiking » ?

Certain producteurs de suppléments ajoutent des acides aminés supplémentaires tels que de la taurine, de la glycine, de la glutamine et de la créatine dans leurs protéines en poudre.

Ainsi, ils comptent ces acides aminés « ajoutés » en tant que protéines sur leurs étiquettes, même si elles sont loin d'être aussi bénéfique que les protéines complètes naturelles.

Pourquoi ? Cela permet d'économiser beaucoup d'argent, car ces acides aminés ne sont pas très cher. Ils font du remplissage de pot à moindre coût, mais en diminuant la qualité de l'aminogramme.

Si un kilo de whey revient à 6 $, et un kilo de glycine à 2 $ ... il ne faut pas réfléchir longtemps pour « doper » sa protéine en acide aminé et la « couper » allègrement, comme ferait un revendeur de cocaïne. Ca nous donne également la fausse impression que le produit contient plus de protéines que ce qu’il contient vraiment.

Car ce n'est pas un ajout de protéines mais d'acides aminés, et le résultat sur le corps n'est pas le même. Les marques jouent sur le manque d'information des clients pour leur faire croire que c'est la même chose, hors c'est totalement faux !

De plus, en raison du fait que la réglementation est extrêmement lâche et aléatoire à ce niveau, cette pratique est « techniquement » légale tant que les acides aminés « rajoutés » sont indiqués dans la liste des ingrédients … mais sans avoir besoin de mentionner les quantités de ces ajouts !

Cette pratique fait que le consommateur va payer pour un produit de moindre qualité et ne contenant pas 100% de protéines complètes.

Le dernier scandale : 50% de protéines seraient manquantes !

La dernière grande marque de l’industrie des compléments alimentaires qui se trouve dans la tourmente n’est autre que celle qui s’est offert dernièrement les services de l’icône planétaire du bodybuilding (Arnold Schwarzenegger) : la marque « Muscle Pharm ».

En effet, toujours selon ce magazine, il semblerait que les derniers rapports et enquêtes effectués par des laboratoires indépendants aient révélé que les produits hyper protéinés proposés par cette gamme de suppléments auraient peut-être un taux de protéine bien inférieur – plus de la moitié ! – à celui affiché sur le pot : 19 g au lieu de 40 g !

C’est ainsi que de nouvelles poursuites sont engagées contre les grands noms de l’industrie des suppléments.

Car si ces accusations sont avérées, Muscle Pharm n’est que le dernier d’une looooongue série de compagnies d'imposteurs et peu rigoureuses, prêtent à tout pour flouer le client et maximiser leurs profits. Bien que cela soit le but de toute société, on ne peut que regretter le manque de considération que ces dernières ont quant à leur clientèle … vous !

De plus en plus de produits sont testés par des laboratoires indépendants et entraînent des révélations catastrophiques quant aux informations affichées sur les étiquettes : sous dosé, contaminé par des produits toxiques, mauvais produits, périmé, ranci …

Un petit jeu auquel les sociétés productrices de suppléments s’adonneraient depuis de nombreuses années !

Vous avez plus d'infos sur les marques incriminées dans l'article de Forbes : avec par exemple le cas de la marque Giant Sports et de son produit Giant Delicious Protein Blend : il semblerait que ce produit contienne 12 g de vraies protéines au lieu des 27 annoncés !

En face, certaines marques se défendent de ce procédé et ajoutent que ces méthodes de production sont somme toute normales et sont là pour optimiser le produit ... Alors, qui faut-il croire ? De qui se moque-t-on ?

En clair, vous n’obtenez pas ce pour quoi vous avez payé. Vous obtenez autres choses qui n’a aucune valeur biologique par rapport à ce que vous recherchiez.

Que faire pour pas se faire avoir ?

Infographie pour ne pas se faire avoir

Infographie pour éviter de se faire avoir

  • LIRE L’ETIQUETTE ! ;


  • Mangez du solide ;


  • Acheter un produit testé par un laboratoire tierce / indépendant, comme expliqué sur le site ;


  • Ne jamais acheter une protéine contenant de la créatine ou avec des acides aminés sous forme libres (glycine, taurine, glutamine…) ;


  • Acheter un produit labélisé (ex HCCAP ; ISO ; etc…) ;


  • LIRE L’ETIQUETTE ! ;

Et surtout lisez notre dossier sur la qualité des produits, tout y est expliqué en texte et vidéo !


On en parle sur le forum : Des Produits Avec 50% De Protéines En Moins Qu'anno  

Envie de progresser ?

Nos coachings Fitzone Trainer sont là !

1- Je choisis mon sexe
Homme
Femme
2- Je choisis mon objectif
Prise de
masse
Perte de
poids
3- J'obtiens mon programme