Les prothèses mammaires : danger ?


Les techniques chirurgicales se sont considérablement améliorées ces dernières années et les risques et les complications liés à une augmentation mammaire sont aujourd’hui bien plus limités.


Prothèses mammaires

Au départ, les chirurgiens demandent aux patientes de respecter certaines précautions avant l’intervention, tel qu’un arrêt du tabac afin de réduire les risques de nécrose cutanée, l’éviction de l’aspirine afin de réduire les risques d'hémorragie et la suspension de contraceptif oral afin de limiter le risque thrombo-embolique.

Comme toute chirurgie, les risques peuvent être liés soit à l’anesthésie, soit au geste chirurgical.

Les risques liés à l’anesthésie

Toute anesthésie possède des risques et peut entraîner des complications. Mais grâce aux techniques avancées et aux méthodes particulièrement pointues de surveillance, la sécurité des patients est maximale. Cela peut être d'ordre allergique et provoquer des soucis d'ordre pulmonaire ou cardiaque ou encore un oedème de Quincke (gonflement de la peau).

Les risques liés à la chirurgie

Il existe différents risques qui sont liés à la chirurgie elle-même :
– Les accidents trombo-emboliques comme la phlébite (trombone veineuse) avec le risque d’embolie pulmonaire : une complication qui peut être vraiment grave.

– L’hématome : saignement interne ou un amas de sang qui se caractérise par un gonflement à l’intérieur du tissu mammaire.

– Epanchement lymphatique (sérome) : son apparition peut survenir quelques semaines après l’intervention et dans certains cas, cela va nécessiter un traitement par ponctions répétées, voire une reprise au bloc pour effectuer son drainage.

– Des kystes épidermiques : ces kystes peuvent survenir sur la cicatrice et peuvent bénéficier d’un traitement très simple.

– Pneumothorax : c'est une complication rarissime, grave mais qui est quand même possible.

– Cytostéatonécrose: nécrose partielle de la glande et de la graisse mammaire qui va nécessiter une reprise au bloc opératoire.

– Trouble de la cicatrisation : l’excellence des résultats d’une intervention dépend grandement des risques cicatriciels. Ces troubles dépendent en fait de chaque patiente. Une production trop abondante de tissu cicatriciel a pour conséquence un résultat de cicatrisation large et en relief.

-Infection : cette complication est rare sachant que les règles d’asepsie chirurgicale et de soins post-opératoires sont très stricts. La survenue d’une infection nécessite un traitement adapté par antibiotique voire une nouvelle intervention chirurgicale pour un lavage. Dans certains cas, le retrait de la prothèse sera nécessaire.

– Imperfection des résultats : il peut s’agir d’une asymétrie ou d’une correction de volume. La patiente doit attendre plusieurs mois avant une éventuelle intervention, afin de respecter un délai de cicatrisation suffisant.

– Coque fibreuse périprothétique : cette complication imprévisible est une réaction du corps contre l’implant mammaire. Cela peut survenir sur un côté ou les deux en même temps, quelques mois après l’opération. Des gênes et douleurs peuvent être occasionnées. Et parfois, des implants de plus petite taille aident à une meilleure acceptation.

– Rupture et dégonflement de l’implant : ça arrive lorsqu’une prothèse contenant du sérum physiologique ou du gel de silicone se fissure. La réintervention est systématique en cas de prothèse en silicone pour un changement.

– Un aspect de plis ou de vagues : cette complication est davantage présente chez les patientes minces portant des implants mammaires de grands volumes. Leur apparition nécessite un traitement adapté (prothèses de plus petite taille, en position rétro-musculaire, si possible en gel de silicone à haute cohésion…)

– L’apparition de vergetures : risque possible lorsque l’implant est trop volumineux et que l’élasticité de la peau n’est pas optimale.

– Une altération de la sensibilité des mamelons peut également arriver, et la récupération n’est pas toujours immédiate.

Tous ces cas sont des cas exceptionnels mais qui peuvent tout de même arriver. Ces complications et les risques d’une augmentation mammaire doivent être évoqués par le chirurgien esthétique et l’anesthésiste avant la prise de décision de l’intervention. Les progrès chirurgicaux actuels permettent aujourd’hui l’obtention de résultats naturels et esthétiques, tout en écartant au maximum les risques postopératoires ainsi que les complications.

Pour retrouver cet article en vidéo :


Envie de progresser ?

Nos coachings Fitzone Trainer sont là !

1- Je choisis mon sexe
Homme
Femme
2- Je choisis mon objectif
Prise de
masse
Perte de
poids
3- J'obtiens mon programme