Les records sportifs s’arrêteront-ils un jour ?

Tout le monde est fasciné par ces personnes extraordinaires qui, lors des plus grandes compétitions, battent des records toujours plus phénoménaux d’années en années.
Mais, est-ce qu’il continuera toujours d’avoir de nouveaux records ? Y aura-t-il un jour une limite atteinte et les records prendront ainsi fin ? C’est à cette question que nous nous intéressons aujourd’hui !

records_sportifs

Pour se remettre dans le contexte…

En 1894, Pierre de Coubertin choisit la devise des Jeux Olympiques : « plus vite, plus fort, plus haut ». Une devise qui pousse les athlètes à donner le meilleur d’eux-mêmes et à se surpasser.
Des travaux ont été menés entre 2008 et 2015 et ont évaluées que les records stagnent ou du moins ne progressent quasiment plus.
Dans certaines disciplines comme le lancer de poids, les records sont mêmes en déclin, cela nous suggère donc que nous sommes en train de parvenir au bout des capacités physiologiques humaines.
L’Irmes a analysé quelques 3300 records olympiques dans des disciplines dies quantifiables. On retrouve donc par exemple l’athlétisme, la natation, l’haltérophilie et le patinage de vitesse.
Toutes les performances ont été passés au peigne fin afin de voir cette évolution.
Le résultat est le même, les chercheurs ont même déterminés que 50% des records olympiques atteindront 99,95% de leurs limites supposées en 2027, si les conditions restent globalement inchangées.


Pourquoi une telle stagnation ?

Pour François Desgorces qui est physiologiste à l’Irmes, la raison viendrait de l’exploitation de tous les facteurs de progrès depuis le 19ème siècle.
Il annonce que la condition physique et l’état de santé des sportifs ont été optimisés.
Avec l’arrivé de la préparation mentale, la précocité des détections des futurs athlètes, l’utilisation de nouveaux matériaux etc… Tous ces facteurs conduisent forcément à une progression systématique.
Le sport de haut niveau a également bénéficié de l’amélioration des conditions de vie de la population.
Les athlètes savent se nourrir correctement et ont accès à une nourriture plus riche et a une meilleure hygiène.
Ces modifications de vie, conduisent à une modification physique : les athlètes sont plus grands et plus costaud, la moyenne de taille est passée de 1,67 mètres pour 65kg à la fin du 19ème siècle à 1,77 mètres et 77kg au début du 21ème siècle en France.
Cette augmentation de la musculature a donc permis d‘augmenter les charges d’entrainements et donc les prouesses sportives.


Le nombre de génotypes exceptionnels a augmenté

La population mondiale a augmenté de 370% au siècle dernier. Nous sommes passé de 1,6 milliards d’habitants à 6,1 milliards.
Vous vous en doutez, la conséquence est que le nombre de génotypes exceptionnels a donc énormément augmenté.
Sans oublier le fait que le contexte politique et économique a grandement à voir également sur les records. Souvenez-vous, la plus grande quantité de records olympiques a été établie lors de la guerre froide entre 1947 et 1991.
Pourquoi ça ? Parce que les Américains, les Soviétiques et les Allemands ont mobilisés un maximum de moyens pour tenter d’afficher à travers leurs athlètes leur supériorité.
Pour ce faire, une certaine quantité de dopage a été utilisée et certains records ne seront donc probablement jamais égalés.


record_olympique

Des marges de progression sont-elles encore possibles ?

Les marge de progressions les plus probables sont notamment attendues dans les disciplines les plus récentes comme le marteau féminin.
Des nouveaux gestes techniques permettraient aussi une marge de progression plus grande comme le « rouleau dorsal » lors de l’épreuve du saut en hauteur.
Cette technique consiste, lors de l'appel, à lancer la jambe extérieure et à soulever la jambe libre, puis, dans les airs, à se positionner dos à la barre tout en effectuant une rotation sur l'axe longitudinal du corps.
Mais la découverte de ces nouvelles techniques reste rare.
Cependant, de nouvelles technologies nous laissent à penser qu’il peut y avoir de l’espoir.
Parmi ces techniques découvertes récemment, on retrouve les « chambres à hypoxie » qui sont des caissons dans lesquels les athlètes sont appauvris en oxygènes et par conséquent leur organisme va se mettre à produire plus de globules rouges.
On retrouve également la cryothérapie qui soumet les athlètes à des températures très froides, dans le but de provoquer des réactions analgésiques et anti-inflammatoires.
En sommes, c’est surtout grâce aux progrès technologiques que les athlètes pourront battre potentiellement de nouveaux records.


Pour conclure :

Les records sportifs sont en stagnation voir en baisse pour certaines disciplines.
Mais nous pouvons compter sur l’avancée de la technologie et la découverte de nouvelles améliorations pour pouvoir retrouver de nouveaux records olympiques.


Envie de progresser ?

TROUVE TON COACHING IDÉAL À L'AIDE DE NOTRE GÉNÉRATEUR :

Question 1
Je suis :