Sponsoring des études scientifiques = faux résultats ?


La moitié des données scientifiques sur lesquelles s'appuient pouvoirs publics et médecins seraient frelatées. En cause : les tripatouillages des industries pharmaceutique et agro-alimentaire.


Les études scientifiques sont-elles faussées ?

Petite lecture concernant les études scientifiques : la moitié des études scientifiques gangrénées par les sponsors.

Ce n’est pas un fait nouveau pour tous les sceptiques et amateurs de publications scientifiques, l’argent peut faire des merveilles en termes de choix de mots et de chiffres dans les journaux en lignes.

Reprenons les quelques citations de l’article sur lanutrition.fr (que nous vous encourageons à lire en entier avant de poursuivre ce qui suit) :

«  Une grande partie de la littérature scientifique, peut-être la moitié, n’apparaît pas crédible. Affligée d’études aux échantillons insuffisants, aux effets marginaux, aux analyses invalides et aux conflits d’intérêt flagrants, plus une obsession à suivre des modes dont l’importance est douteuse, la science a pris un tournant qui la mène vers les ténèbres ».

«  Il n’est simplement plus possible de croire une grande partie de la recherche clinique qui est publiée. Je suis désolée de cette conclusion, à laquelle je suis parvenue lentement et à contre-cœur au cours des deux décennies que j’ai passées à la rédaction du New England Journal of Medicine ».

Dans tous les cas, si vous souhaitez vraiment vous « impliquer » dans la recherche (façon de parler), vous avez à regarder les méthodes et vous faire VOTRE opinion sur cette base. Bien sûr, il serait naïf de penser qu'il n'y a pas beaucoup d'études qui n'ont été influencées par celui qui la finance … mais sans financement, pas de recherche …

Le Sponsoring scientifique, un mal nécessaire ?

Sans cela, on serait encore à manger des cailloux, dans des grottes.

Dans certains cas et domaines d’intervention, il y a beaucoup à gagner (énormément, en milliard) pour ces sociétés qui financent les études … et notamment le monde pharmaceutique et des compléments / suppléments alimentaires.

Bien sûr que le financement d’une étude conduit généralement à des résultats favorables à cette source de financement. Mais nous savons aussi que la recherche financée par une « industrie » a tendance à être considérée avec suspicion si on se creuse un peu la tête, ce qui est pris en compte par la communauté scientifique.

Un autre problème avec cet argument est que cela suppose que tous les scientifiques n’ont pas d'intégrité et que tous les scientifiques peuvent être corrompus. Ce qui peut être considéré comme faux et extrême. Mais est ce que certain ne le sont pas quand même ? Il serait naïf de ne pas le penser.

Beaucoup de recherches sont revues par les pairs, ce qui signifie que les scientifiques doivent également être assez habile pour tromper le comité d’analyses de pairs scientifique, ou alors entrer dans une grosse conspiration … et que tout le monde soit corrompu. Ce qui est fortement improbable.

Maintenant, il y a ce que l’on appelle des problèmes de partialité dans la science, le plus sensiblement avec les «biais », des malfaçons. Ce sont ces biais qu’il faut voir et qui permettent de juger de la qualité et l'intégrité d’une étude.

Etudes scientifiques

Comme noté dans l’article de lanutrition.fr :

« Tous les moyens sont bons : choisir des effectifs insuffisants, sélectionner les participants de manière à maximiser les bénéfices du produit et en minimiser les effets indésirables, forcer les résultats à « parler » en multipliant les analyses en sous-groupes, et bien sûr faire appel à des scientifiques et des médecins empressés de plaire à leurs sponsors en échange d’une accélération de leur carrière. Sans parler de la création de toutes pièces de maladies pour vendre les médicaments qui vont avec (voir « Le mythe de l’ostéoporose »). »

Il se peut ainsi que des études tirent toujours de bonnes conclusions en faveur de la source de financement, mais les défauts concernant la conception (biais), sont aussi souvent légions, donc ces fausses études sont détectables en théorie.

Outre le fait de la façon dont les études peuvent être facilement manipulées ou les données changées en faveurs de X par le « sponsor », il existe peu de personnes qui soient concrètement capable d’effectivement analyser les méthodes et de savoir si une étude est « bonne » (relatif) ou « mauvaise » indépendamment de la conclusion à tirer.

Ce genre de personne ne se retrouve que très rarement sur le net et plus souvent dans des laboratoires.

ET SURTOUT PAS DANS LES MEDIAS, JAMAIS, JAMAIS !

Dans l'ensemble, vous ne devriez pas partir du principe qu’une étude est biaisée par le financement, son sponsoring, mais toutefois, si tel est le cas, il vous faut impérativement être sceptique quant aux résultats.

En bref : juger la science, pas la source de financement !

Ce qui ne peut être fait qu’après plusieurs années d’études dans le domaine de la recherche et une solide expérience de travail.

Donc au final, quoi penser, quoi faire ? Et bien trouver des sources d’informations revues et non sponsorisées, indépendantes qui selon vous ont une approche neutre et impartiale de la recherche, par exemple :

  • http://www.nature.com/ijo/journal/v38/n5/full/ijo201432a.html


  • http://www.edermatologynews.com/fileadmin/qhi_archive/ArticlePDF/AJO/037120205e.pdf


  • http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1420798/


  • http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3538846/


  • Sur le forum : utilisation des études et conflits d'intérêts




  Choisissez votre coaching par AM :


Toute la qualité des conseils et du suivi All-musculation dans nos coaching !
Dés 29€/mois
Programmes d'entrainement + nutrition !